PJD: comment Benkirane pousse les députés à hausser le ton envers le gouvernement

Les événements d’Al Hoceima commencent à servir de prétexte pour des dirigeants du PJD afin de régler leurs comptes une bonne fois pour toutes avec Saad Eddine El Othmani. Dans les coulisses, Abdelilah Benkirane tire les ficelles et pousse certains députés du groupe de son parti à hausser le ton envers le gouvernement.

Ainsi Az El Arab Hlimi a interpellé le ministre de l’intérieur Abdelouafi Leftit à propos de l’emploi du gaz lacrymogène contre les manifestants d’Al Hoceima, le jour de l’Aïd. Au passage, le député a clamé le soutien de son parti aux revendications légitimes de la population et s’est opposé à tout « emploi de la force contre des manifestations pacifiques ».

Cette sortie de ce député n’est pas à dissocier de cette lame de fond qui traverse le corps du PJD depuis que la crise s’y est installée suite au limogeage de Abdelilah Benkirane. Sauf qu’à présent, et vu l’évolution de la situation autour d’Al Hoceima, les adeptes de l’ex-chef de gouvernement entendent sauver les meubles et recouvrer une virginité perdue de leur parti.

Pour cela, nombreuses sont les voix qui à l’intérieur de l’hémicycle comme à l’extérieur revendiquent ouvertement le désistement du PJD pour se repositionner dans l’opposition. Les concertations avec le secrétaire général Abdelilah Benkirane vont bon train pour convoquer l’instance suprême du parti afin d’élaborer un plan de sortie qui devra être soumis ultérieurement au Conseil national du PJD.

Pour Abdelilah Benkirane, c’est une question d’honneur, lui qui a dit récemment qu’il ne devait pas être considéré comme un morceau de sucre qui fond dans un verre d’eau. Quant à la question d’Al Hoceima, c’est une affaire subsidiaire, comme cela l’a été durant son mandat.

T.J.

 

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page