PAM: Biadillah affûte ses armes

Plus que quelques jours avant le Congrès du PAM. Le parti du Tracteur veut oublier les guerres intestines qui le rongent depuis un certain temps et se forger une nouvelle image en vue des futures élections. Mais la tâche s’annonce très délicate pour Mohamed Cheikh Biadillah, candidat le mieux placé pour fédérer les troupes du PAM, chose que l’actuel président n’a jamais réussi à faire.

On assiste à la naissance d’une nouvelle doctrine au PAM qui ne ferme pas la porte au PJD. Même si, dans l’entretien exclusif qu’il a accordé aux Inspirations Eco, Biadillah ne répond pas directement à la question sur une éventuelle alliance avec les frères d’El Othmani, il laisse entrevoir les grandes lignes qu’il a l’intention de tisser. Cela ne fait presque aucun doute, le PAM cherchera à affaiblir les autres partis majeurs qui se dressent actuellement devant lui, en utilisant le PJD. Mais il devra mettre en place un programme encore plus clair pour redorer le blason de son parti vis-à-vis de l’opinion publique.

La mission de Biadillah, qui fait partie des fondateurs du PAM, sera aussi de ne pas faire du neuf avec du vieux. Il doit non seulement faire oublier Ilyas El Omari, dont le visage reste trop familier des PAMistes, mais aussi, faire en sorte qu’une certaine sérénité se dégage du Tracteur. Les dernières sorties médiatiques de Abdellatif Ouahbi, sûr de lui lorsqu’on l’interroge sur ses chances de l’emporter, n’ont pas fait l’unanimité. Ouahbi a été très critiqué par ses pairs et s’est tiré une balle dans le pied. Ce qui a renforcé la légitimé de Biadillah, qui affirme lui-même, ne pas être une marionnette. Il se dit prêt à relever le défis et a réorganiser le parti. Et il ose même s’attaquer à des sujets sensibles comme l’article 47 de la constitution. Biadillah devra néanmoins séduire la jeunesse de son parti pour espérer une véritable reconstruction.

Hicham Bennani

Articles similaires

Suggestions d’articles

Interdiction des déplacements: le PAM parle de « punition collective »

Le Parti Authenticité et modernité (PAM) a vivement critiqué la décision du gouvernement d'interdire le déplacements vers et à partir de huit villes.