El Othmani s’entretient avec son homologue mauritanien

Le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani s’est entretenu ce jeudi 6 décembre à Nouakchott avec son homologue mauritanien Mohmed Salem Ould El Bechir des moyens de renforcer les relations de coopération entre les deux pays.

Dans une déclaration à la MAP, El Otmani qui, sur ordres du roi Mohammed VI, conduit la délégation marocaine à la Conférence de coordination des partenaires et bailleurs de fonds du G5 Sahel, a qualifié de “très importants” ses entretiens avec son homologue mauritanien et qui ont porté sur les moyens et outils à mettre en place pour donner une nouvelle impulsion à ces relations.

“Nous accordons une grande importance à nos relations de coopération avec la Mauritanie”, a-t-il souligné, exprimant le souhait de les voir se développer davantage.

Il a indiqué avoir discuté de même avec la partie mauritanienne des préparatifs pour la tenue dans de meilleures conditions la Haute Commission mixte maroco-mauritanienne en 2019.

El Otmani a indiqué que cette entrevue a été aussi l’occasion pour transmettre les salutations du roi Mohammed VI au Président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz et les souhaits de plein succès aux travaux de cette “importante” conférence, et exprimer l’appui du Souverain à ces pays et aux efforts qu’ils déploient pour développer et garantir la stabilité et la sécurité du Sahel.

Cette conférence est destinée à mobiliser deux milliards d’euros pour le financement de la première phase du programme d’investissement prioritaire du G5 Sahel, qui regroupe le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Les deux milliards d’euros que les chefs d’Etats du G5 Sahel cherchent à obtenir auprès de leurs partenaires et bailleurs de fonds à la faveur de ce sommet de Nouakchott serviront à financer une quarantaine de projets communautaires.

S.L. avec MAP

Suggestions d’articles

Le gouvernement refuse de fermer les centres de “roqya” au Maroc

Le gouvernement a refusé de fermer les centre de «roqya» appartenant, pour la plupart, à des charlatans se faisant passer pour des exorcistes au Maroc.