Nabila Mounib s’est-elle vraiment opposée à la présence d’un député PJDiste?

Un député islamiste vient de révéler que la patronne du Parti socialiste unifié (PSU), Nabila Mounib s’était opposée à ce qu’il participe à un forum sur l’IVG (interruption volontaire de grossesse).

La rencontre-débat est prévue pour ce mercredi à partir de 18 heures et organisée par les étudiants de l’Université Mohammed VI des Sciences de la Santé de la capitale économique.

Via sa page officielle Facebook, Reda Boukmazi écrit que des étudiants de l’Université Mohammed VI des Sciences de la Santé de Casablanca l’avaient contacté, au début de la semaine écoulée. Et ce, pour lui demander de faire partie des intervenants concernant une rencontre-débat portant sur l’avortement.

“Après une grande insistance de la part des organisateurs, j’ai fini par accepter leur invitation malgré certaines circonstances ayant trait à mon emploi de temps”, ajoute le député PJDiste.

Cependant, après s’être préparé et conçu l’affiche de la rencontre qui lui avait été recommandée par la partie organisatrice, il a eu la surprise de recevoir des excuses de celle-ci lui signifiant que sa participation avait été annulée, explique Boukmazi.

“Et ce, à cause de l’opposition de madame Nabila Mounib, d’après ce qui m’a été rapporté, qui n’a pas accepté de partager l’estrade de la rencontre avec moi”, précise le député du parti de la Lampe. Et d’ajouter qu’il a appris que ce n’était pas la première fois que la patronne du PSU s’oppose à la présence de membres du PJD aux rencontres auxquelles elle participe.

S’insurgeant contre ce comportement qu’il juge “d’antidémocratique, propre à cette dame qui prône l’exclusion et son refus d’accepter l’autre”, Reda Boukmazi soutient que cette attitude prouve que les discours de Mounib sur la démocratie et ses principes de base doivent interpeller ente la dichotomie de ses propos et son réel comportement.

Dans le but d’entendre les deux sons de cloches (de clochers, plutôt!), Le Site Info a essayé de contacter Nabila Mounib afin de connaître son avis sur le sujet, mais le téléphone de la SG du PSU est resté aux abonnés absents.

Le Bureau des étudiants de l’Université Mohammed VI des Sciences de la Santé n’a pas tardé à régir aux propos accusateurs du député PJDiste à l’encontre de Nabila Mounib. Propos auxquels les étudiants apportent un démenti cinglant.

“Aucun intervenant n’avait émis le voeu de s’opposer, d’une nulle manière, à la présence d’autres intervenants prévus”, dément ledit Bureau.

Et d’expliquer que pour des raisons de protocole, de logistique, du nombre important des intervenants, mais aussi pour des raisons de “sensibilités politiques”, il a été prévu que la rencontre-débat sur l’avortement se déroule en deux parties.

L’une à laquelle interviendront les secrétaires généraux des partis politiques (Mounib du PSU, Benabdallah du PPS et Lachgar de l’USFP, entre autres). Et l’autre à laquelle prendront la parole des députés qui ont été invités. Et ce, afin que chacun puisse s’exprimer librement sur ce sujet importissime, sensible et d’une actualité accrue qu’est celui de l’interruption volontaire de grossesse (IVG), connue plus généralement par le mot “avortement” (ijhad).

À signaler que la rencontre précitée autour de l’IVG d’aujourd’hui réunit diverses personnalités, dont Mohamed Nabil Benabdallah, SG du PPS, Driss Laghgar, Premier secrétaire de l’USFP, Mohamed Abdelwahhab al-Rafiki, le prêcheur connu sous le nom d’Abou Hafs, ainsi que Nabila Mounib, SG du PSU.

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Quand Mounib prend la défense d’El Othmani

La secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU) a exprimé sa vive indignation à propos du tollé ironique et sarcastique ayant ciblé Saâdeddine El Othmani, via les réseaux sociaux.