Ismaïl Alaoui: « L’avenir politique du Maroc n’augure rien de réjouissant »

C’est à l’occasion d’une rencontre organisée par la Fondation Abderrahim Bouabid que Moulay Ismaïl Alaoui a exprimé sa vive inquiétude concernant, particulièrement, l’avenir politique du Maroc. L’ex-secrétaire général du parti du Livre a ainsi déclaré que la situation dans le pays est inquiétante et que ce qui se profile à l’horizon n’est aucunement réjouissant.

L’autocritique est donc de mise, suggère le « sage » du parti du Progrès et du Socialisme (PPS), comme résolution à même de remettre sur ses rails la machine grippée. Et de rappeler que malgré les critiques qu’elle avait suscitées, l’expérience de l’alternance avait eu son importance et avait su insuffler espoirs et enthousiasme au sein du peuple marocain.

Toutefois, regrette Alaoui, ces espoirs ont été déçus à cause de la prééminence des sentiments égocentriques sur la Raison. Suprématie sentimentale égoïste qui, selon lui, prime aussi bien, par les temps qui courent, chez les citoyens qu’au sein des milieux politiques.

En revenant sur l’expérience du gouvernement d’alternance, pilotée par Abderrahmane El Youssoufi, Moulay Ismaïl Alaoui regrette également qu’elle ait été enfantée en dehors des urnes, ce qui a constitué une grave erreur, à ses yeux. Et de renchérir que si l’alternance avait été validée par des élections, des partis politiques forts en seraient sortis.

L’ex-secrétaire général du PPS a aussi évoqué son passage à la tête du ministère de l’Education nationale, dont il n’avait la charge que du primaire et de l’enseignement collégial, a-t-il tenu à préciser, et dont la réforme escomptée n’a pu se réaliser comme son parti et lui le prévoyaient. Ceci, car de l’Education nationale, il s’était vu confié, à son corps défendant, le maroquin de l’Agriculture.

L.A.

Alerte météo. Maroc: les villes où il va pleuvoir ce weekend






Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page