Moncef Belkhayat tacle Abdelilah Benkirane (VIDEO)

Décidément, l’ex-chef de gouvernement et ancien patron des islamistes ne cesse d’avoir son avis sur tout et sur rien! Sa récente sortie,-gageons qu’elle ne sera pas la dernière-, concerne le projet de loi-cadre de l’Education nationale et la problématique des langues d’enseignement de certaines disciplines scientifiques. Polémique qui a fini par le report, le deuxième du nom, du vote sur ledit projet, sous l’Hémicycle.

Le “niet” de Abdelilah Benkirane à propos de l’utilisation de la langue de Molière et ses tentatives de faire pression sur El Othmani et sur le PJD, afin qu’ils s’abstiennent de voter le projet de la loi-cadre précité, ont scandalisé aussi bien la majorité que l’opposition. Le parti du Tracteur a même menacé de boycotter la réunion avant de revenir sur cette décision.

De son côté, Moncef Belkhayat, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, a exprimé son grand étonnement qu’un ex-chef de gouvernement puisse demander à Saâeddine El Othmani de démissionner car il a accepté la francisation de certaines disciplines scientifiques. “C’est vraiment incroyable”, s’exclame le dirigeant RNIste.

Dans une déclaration à Le Site info, Belkhayat a rappelé combien sa maîtrise de plusieurs langues étrangères, en particulier le français, l’anglais et l’espagnol, a été pour beaucoup dans la concrétisation de ses nombreux objectifs professionnels. De même que les langues étrangères lui ont permis la création de nombre d’emplois au profit de milliers de Marocains. Et le dirigeant RNIste de souligner qu’il a appris ces langues au sein de l’école publique marocaine, ce qui lui avait permis d’être embauché par des établissements américains de renom.

Et de conclure, tout en réaffirmant sa fierté d’être Marocain: “Au lieu de cette discussion stérile sur la francisation de certaines matières scientifiques, il faudrait plutôt réfléchir à augmenter les chances de création d’emplois à la jeunesse marocaine”.

Larbi Alaoui et Aymane Kadiri Alaoui

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le PJD encense ses ministres débarqués de l’Exécutif

Concernant le nombre dérisoire des femmes ministres, à peine 4 au lieu de 6 précédemment,le PJD soutient quand même que c'est une... "avancée"!