Message de Sanchez: l’analyse du politologue Mustapha Sehimi

Le message adressé au roi Mohammed VI, par le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, est « un acte fort de la réévaluation de la position de Madrid à l’égard de la question du Sahara marocain », a affirmé le politologue et professeur de Droit, Mustapha Sehimi.

Ce message adressé au Souverain par Sanchez « est intéressant à plusieurs égards. Pour le Maroc, il s’agit d’un acte fort de la réévaluation de la position de Madrid à l’égard de la question du Sahara marocain », a-t-il indiqué dans une déclaration à l’agence MAP.

« Le Maroc attendait depuis le début qu’il y ait des signes forts dans ce sens », a-t-il fait remarquer, précisant que « c’était dans cet esprit que SM le Roi Mohammed VI avait appelé, dans Son discours du 20 août dernier, à inaugurer une étape inédite sur la base d’un certain nombre de principes fondamentaux, à savoir la confiance, la transparence, la considération mutuelle et le respect des engagements ».

L’expert n’a pas manqué de mettre en avant la haute appréciation par le Maroc « des positions positives et les engagements constructifs de l’Espagne », tel qu’exprimée dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, ajoutant que le message adressé au Souverain par Sanchez est « un acte fort et un signe fort de cette volonté des autorités espagnoles de normaliser enfin les relations avec le voisin marocain ».

De son avis, ce processus est aujourd’hui engagé avec la visite, prochainement à Rabat, du ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union Européenne et de la Coopération, José Manuel Albares.

Cette visite, a poursuivi Sehimi, sera « une occasion pour le Maroc de faire part de ses intentions et de rappeler les principes qui guident sa diplomatie, en particulier ses rapports avec le voisin ibérique », ajoutant qu’elle permettra également de « préparer le terrain pour une visite du président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez ».

De même, le politologue a rappelé que la réaction espagnole intervient quelques mois après celle positive du gouvernement allemand et du message adressé au Souverain par le président allemand Frank-Walter Steinmeier, y voyant un message politique significatif de la volonté de Berlin « de renouer des relations avec Rabat sur des bases nouvelles ».

« Le Maroc attend, nous semble-t-il, que ces éléments nouveaux aient un impact sur l’appréciation de la question nationale par l’Union européenne et donc par d’autres pays qui sont encore dans une position qui ne convient pas aux intérêts supérieurs du Royaume », a noté Sehimi, soulignant qu' »un processus est engagé (…) Voilà donc deux pays qui se positionnent en toute clarté et transparence à propos de la question nationale ».

« Pour Madrid, il s’agit d’un geste significatif mais le Maroc attend un geste encore plus grand qui est de nature à prendre compte de la position américaine de la question nationale telle que formulée par l’administration de Washington”, a-t-il conclu.

M.R.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page