Le message de la famille Ben Barka au roi Mohammed VI et à Emmanuel Macron

La famille de l’opposant Mehdi Ben Barka, disparu en 1965 à Paris, a adressé mercredi 14 novembre une lettre au roi Mohammed VI et au président français Emmanuel Macron, sollicitant leur aide afin d’élucider les circonstances de son décès.

«Deux ans après votre intronisation, vous avez déclaré dans une interview à un quotidien français, Le Figaro, en septembre 2001 : «Je ne sais pas ce qui s’est passé et les principaux acteurs de l’affaire Ben Barka ne sont plus là. Mais je trouve que la mémoire de Ben Barka est traitée de façon inacceptable : pour la presse, et certains individus, elle est devenue un produit commercial. C’est une insulte à sa famille. Il est normal que l’épouse de Ben Barka et son fils veuillent savoir où se trouve la dépouille de Mehdi Ben Barka. Mais le temps est peut-être venu de voir ce dossier différemment. Et je suis prêt, pour ma part, à contribuer à tout ce qui peut aider la vérité»», a écrit Bachir, le fils de Mehdi Ben Barka, à l’adresse du Souverain.

En octobre 2015, a-t-il ajouté, à l’occasion d’une cérémonie de commémoration du 50ème anniversaire de la disparition de l’opposant, le roi Mohammed VI a adressé un message à sa famille où il est écrit : «Bien que cet anniversaire vienne à un moment où de nombreuses questions restent sans réponse, nous avons tenu à partager avec vous cet événement, sans inhibition ni complexe par rapport à cette affaire, et en témoignage de l’estime dont il jouit auprès de nous et des Marocains».

En parallèle, il a rappelé à Emmanuel Macron que lors de sa visite au Burkina Faso, quelques jours après son élection, le président avait annoncé «que tous les documents produits par des administrations françaises pendant le régime de Sankara et après son assassinat seront déclassifiés et consultés en réponse aux demandes de la justice burkinabé».

Bachir a également ajouté dans sa lettre que le 13 septembre 2018, Macron a reconnu la responsabilité de la France dans la disparition de Maurice Audin et assuré qu’il était temps que la Nation «accomplisse un travail de vérité sur ce sujet».

Aujourd’hui, la famille de Ben Barka appelle les deux Chefs d’Etats à intervenir pour élucider les circonstances de cette disparition, 53 ans après les faits. «Les circonstances de sa mort ne sont toujours pas élucidées, sa sépulture nous est toujours inconnue. Les responsabilités marocaine et française dans ce crime sont indéniables. Malgré une instruction toujours ouverte, les obstacles au nom de la raison d’Etat – refus d’exécuter les Commissions Rogatoires Internationales au Maroc et refus de lever le secret défense en France – empêchent les magistrats instructeurs d’apporter les réponses à notre légitime besoin et droit à la vérité», a souligné Bachir. Et d’ajouter que sa famille est dans une situation inhumaine et insupportable depuis la disparition de l’opposant.

«Vous seuls êtes en mesure de faire les gestes adéquats et prendre les décisions nécessaires qui feront que cette affaire sorte de l’impasse dans laquelle elle s’embourbe. Deux nations comme le Maroc et la France se grandiraient en assumant pleinement leurs responsabilités pour que la vérité soit établie au grand jour et que justice se fasse», a-t-il affirmé.

S.L.

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Officiel: l’Intérieur lance les candidatures pour remplacer Ilyas El Omari

La Wilaya de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a annoncé, jeudi soir, l'ouverture des candidatures au poste de président du Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima.