L’Istiqlal se sent trahi et en veut à El Othmani

©DR

Le ton monte brusquement entre le Parti de l’Istiqlal et le PJD. Dans un éditorial du quotidien Al Alam, signé de son directeur Abdallah El Bakkali, les reproches envers El Othmani ne sont pas tendres. Avec beaucoup d’ironie, l’auteur s’interroge sur les capacités de persuasion phénoménales qui ont fait que l’actuel Chef de gouvernement désigné a réussi en cinq jours ce que Benkirane n’a pas réussi à faire en cinq mois.

Et d’ajouter que le PJD a renoncé à ses engagements et tourné le dos au PI qui a pourtant exprimé son ardent désir de faire partie du gouvernement, ainsi que son soutien inconditionnel à Benkirane.

Sans la nommer, l’éditorial d’Al Alam parle d’une trahison ressentie très fortement pas les dirigeants du parti qui ont rendu visite à El Othmani, notamment Essoussi et Ould Errachid mandatés par le Comité exécutif à négocier avec le nouveau Chef de gouvernement désigné. Mais ce dernier n’a pas daigné répondre et a annoncé la constitution de sa majorité autour des autres partis, poursuit-il avec amertume.

Pour l’Istiqlal, cet épisode est une piètre leçon de pragmatisme de la part du PJD, qui aurait dû courber l’échine depuis le début et accepter ce que lui ont dicté les milieux influents. Le Maroc et les Marocains auraient pu éviter de perdre un temps précieux, conclut-il.

Cet éditorial augure de sérieuses crispations entre les deux partis, d’autant plus que le Comité des négociateurs n’a pas répondu à l’invitation d’El Othmani pour une rencontre, dimanche, au siège du PJD. De même que ces dirigeants n’ont pas répondu à ses appels téléphoniques.

De là à dire que l’Istiqlal pourra se positionner dans l’opposition, il y a un pas que l’on ne saurait franchir pour l’instant.

T.J

Articles similaires

Suggestions d’articles

El Othmani a réussi à convaincre El Azami

Driss El Azami El Idrissi est revenu sur sa décision de démissionner de sa fonction de président du groupe parlementaire PJDiste. Et ce, grâce au efforts conjugués de Saâeddine El Othmani et d'autres ténors du parti islamiste.