Libertés individuelles: Cheikh El Kettani persiste et signe (PHOTO)

Après avoir violemment critiqué la députée du PJD Amina Maelainine et celui de la FGD Omar Balafrej pour avoir défendu les libertés individuelles, le prédicateur salafiste Hassan El Kettani continue de tacler “ses ennemis”.

Sur son compte Facebook, le cheikh a adressé un message aux défenseurs des libertés individuelles. «J’attends toujours une réponse des prêtres des libertés individuelles. Êtes-vous musulmans ?», a-t-il écrit

Rappelons que Hassan El Kettani avait descendu Amina Maelainine qui était invitée à la nouvelle émission de Ridouane Erramdani, «Bidoun Loughat Khachab», sur Med Radio.

Sur sa page officielle, le cheikh, habitué à s’attaquer aux personnalités publiques, n’a pas lésiné sur les mots pour critiquer la politicienne controversée. «Amina Maelainine, petite fille de l’imam Mjahed, descendante de la famille religieuse et fille du mouvement islamique, manque de respect à la religion et se jette dans les bras des ennemis de l’islam. Comment cela a-t-il pu se produire ?», a écrit Hassan El Kettani, en réaction à une réponse de Maelainine, dans le cadre de l’émission d’Erramdani, au sujet du député de la FGD Omar Balafrej. La PJDiste a assuré qu’elle n’était pas d’accord avec le cheikh salafiste qui avait dézingué Balafrej  suite à sa proposition d’amendements du Code pénal concernant les libertés individuelles au Maroc.

Cette proposition n’a pas été au goût des prédicateurs obscurantistes et n’avait pas manqué de provoquer un tollé. Cheikh El Kettani avait tiré à boulets rouges sur le député de la Fédération de la gauche démocratique.

Sur Facebook, le cheikh salafiste a écrit : «Alors que «homosexuel» ou «fils d’homosexuel» était considéré comme la pire des insultes, «l’abominable» nous appelle tous à devenir homosexuels et à accepter ce pêché».

N.M.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Météo: des pluies annoncées ce week-end au Maroc

Voici les prévisions météorologiques pour la journée du samedi 23 novembre 2019, établies par la Direction de la météorologie nationale.