Les Français du Maroc se mobilisent pour les européennes (entretien)

Entretien avec Mehdi Reddad et Ismael Belkhayat, référent Maghreb et fondateur du comité En Marche de Casablanca.

Le Site info: où en est “En marche MAGHREB” aujourd’hui?

La République En Marche est un mouvement politique jeune qui a vu le jour sous l’impulsion d’un homme. L’engouement créé par Emmanuel Macron est inédit. Pas seulement en Métropole mais aussi à l’étranger. Cette aventure humaine a permis de porter notre candidat à la présidence de la république. Ce sont avant tout les adhérents, sympathisants, françaises et français qui se sont mobilisés autour d’un projet. Il faudra aller jusqu’au bout de notre promesse initiale: la transformation profonde de notre pays.

Depuis deux ans maintenant, nous avons pour ambition de structurer et muscler notre mouvement sur l’ensemble du Maghreb. Des responsables pays ont été nommés pour nous épauler à coordonner nos actions, des comités ont été fusionnés et dynamisés. Nous nous réjouissons aussi de voir de nombreux jeunes rejoindre LaREM avec la création de l’antenne « les Jeune avec Macron » au Maghreb. Il y a aujourd’hui plus de 2000 adhérents LaREM sur l’ensemble du Maghreb. C’est une vrai force de proposition au service des Français.

Y a t-il eu des rencontres En Marche au Maghreb ?

Les marcheurs sont au cœur de notre réseau, à l’image de ces nombreux événements que nous avons initiés et portés avec les animateurs locaux. Il y a par exemple la contribution des marcheurs aux travaux de nos parlementaires LaREM. Nous pensons aux Missions parlementaires sur l’éducation ou la fiscalité des Français établis hors de France portées par nos députées Samantha Cazebonne et Anne Genetet. Cela a été l’occasion de solliciter nos adhérents. Oui, la voix des marcheurs comptent!

Dans le cadre de la campagne des élections européennes, plusieurs événements ont été initiés par le mouvement au Maghreb. J’en profite pour remercier les Françaises et les Français qui se sont mobilisés lors de ces rencontres, mais aussi les parlementaires européens et français qui ont fait le déplacement au Maghreb. Je remercie particulièrement Gilles Pargneaux, eurodéputé et président du groupe d’amitié UE-Maroc, ainsi que Richard Yung,  Sénateur des Français établis hors de France pour leurs implications.

Quel est votre avis sur la place de la France en Afrique dans le cadre de la stratégie européenne?

Tout d’abord l’Afrique est un continent en phase de transition. L’Afrique constitue à la fois un continent présentant de réelles opportunités économiques et géostratégiques pour l’Union Européenne et la France, mais aussi un grand nombre de difficultés pouvant se répercuter en Europe au vu de la proximité géographique. D’où l’intérêt commun de continuer à développer une politique de partenariat étroite visant à aider le continent à répondre aux grands défis du 21ème siècle. Les enjeux économiques sont immenses avec la croissance démographique et l’émergence d’une classe moyenne en Afrique. La stratégie de la France comme de l’Europe ne relève pas uniquement d’une dimension économique, mais relève d’enjeux diplomatiques, militaires, culturels, migratoires et se veut globale.

La relation Europe Afrique s’inscrit dans le cadre d’un long processus et a beaucoup évolué ces 50 dernières années. Cette relation historique et fraternelle se vie à travers de nombreuses conventions, accords et feuilles de route.

Un nouveau contexte européen émerge offrant à la France une possibilité de refonder sa stratégie africaine dans le cadre de l’UE. Il y a d’une part la vision politique de la chancelière Allemande vis à vis de l’Afrique, privilégiant l’économie, la géopolitique, la sécurité et aussi le développement durable.
Et d’autre part, le Brexit qui bouleverse les rapports Europe-Royaume uni, par conséquent cela impliquera une redistribution des données sur le continent africain. Notamment l’enveloppe dédiée au Fond européen de développement, qui est l’instrument principal de l’aide communautaire au développement, elle se verra diminuer de la contribution anglaise, qui est le troisième contributeur derrière l’Allemagne et la France.

Nous croyons profondément à l’axe franco-allemand pour impulser une nouvelle politique européenne pour l’Afrique. La vision de notre Président s’inscrit dans une période d’évolution du continent africain, mais aussi de l’union européenne.

Lors de son discours de Ougadougou en novembre 2017, Emmanuel Macron a proposé une vision rénovée des relations entre la France et l’Afrique, avec un nouveau partenariat plus pragmatique, ouvert sur l’Europe et axé sur la Jeunesse. Le Président Français souhaite établir un partenariat ambitieux entre nos deux continents. En renforçant les intérêts; tels que le climat, le commerce, l’emploi, l’innovation technologique, le numérique et la stabilité. Mais le premier défi reste la lutte contre le terrorisme et son financement.

L’UE et le Maroc ont su tisser des relations étroites depuis de nombreuses années, ce qui a permis d’aboutir à une politique de voisinage avec des liens privilégiés entre les deux rives de la Méditerranée. Un partenariat souple et sur mesure. Je rappelle que l’accord de pêche signé le 24 juillet dernier à Rabat, vient renforcer le partenariat stratégique multidimensionnel entre le Maroc et l’UE. L’accord comprend également des dispositions visant à optimiser les retombées et les bénéfices pour les populations locales des zones concernées.

Pourquoi aller voter le 26 mai prochain?

Tout d’abord nous souhaitons sincèrement que les Françaises et Français de l’étranger se mobilisent pour les élections. Qu’ils puissent tout simplement s’exprimer selon leur sensibilité. C’est une chance, un devoir mais surtout une occasion unique à chaque fois de faire entendre notre voix afin de participer à la vie démocratique de notre pays. Plus nous serons nombreux à s’exprimer plus notre voix aura du poids pour peser dans le débat public en France.

Il ne s’agit pas d’une élection nationale ou un référendum contre le président de la république comme beaucoup d’adversaires politiques veulent le faire croire mais il s’agit de porter nos intérêts, notre vision au sein du parlement européen afin de dessiner notre avenir européen, notre destin commun.

Le rassemblement national est le grand sortant de ces dernières élections, résultat des courses: ils ont voté contre tout ce qui est dans l’intérêt de la France. Absentéisme et affaires des assistants parlementaires FN ont marqué leur dernière mandature. Leur projet affaiblit non seulement la France mais  divise aussi l’Europe.

Ensuite toutes celles et ceux qui se sont mobilisés en 2017 pour soutenir la candidature de notre président doivent naturellement se retrouver dans le projet européen de notre liste Renaissance portée par Nathalie Loiseau. En quelques mots voici les valeurs et visions que nous défendrons au parlement européen:

L’écologie est la priorité numéro 1 de notre programme et je dirai même sa colonne vertébrale. Il faudra imposer nos exigences sociales et environnementales dans le cadre des accords de Paris. Nous avons le devoir de relever le plus grand défi que l’humanité n’ait jamais eu à faire face.

Une meilleure justice sociale et fiscale. Avec une taxation européenne pour les géants du numérique.

Il est aussi important d’harmoniser l’impôt sur les sociétés pour mettre fin à la concurrence déloyale en Europe. Nous mettrons toutes les entreprises à égalité devant l’impôt.

Nous protégerons les travailleurs et les plus vulnérables grâce à un bouclier social. Je crois profondément qu’il ne peut avoir de réussite économique sans justice sociale.

Sur le respect de nos valeurs européennes, LaREM propose de s’unir autour de l’identité européenne et nous garantirons une expérience européenne à tous les jeunes. Notamment en ouvrant Erasmus à tous, des collégiens aux apprentis.

Le respect de nos frontières avec la construction d’une politique européenne de l’asile et la sauvegarde de l’espace Schengen en renforçant nos frontières communes.

La volonté de renforcer notre souveraineté en allant vers une armée européenne.

Une attention toute particulière portée à l’égalité entre les femmes et les hommes avec la mise en oeuvre du « Pacte Simone Veil » pour tirer les droits des femmes vers le haut, partout en Europe.

La République En Marche est le seul mouvement politique à porter un programme résolument pro-européen qui mise sur l’union pour faire face aux grands défis de demain. L’Europe nous devons la transformer ensemble et il s’agira de savoir quel virage nous souhaitons prendre le 26 mai prochain en tant que Français et Européens; nous croyons que contrairement aux nationalistes il faut justement plus d’Europe pour répondre aux grands défis de demain. Tel que les défis climatiques, migratoires et crises économiques éventuels qu’il faudra relever tous ensemble.

Avec cette approche résolument progressiste de notre programme, Prenons le virage de l’optimisme!voyons nos partenaires internationaux comme une chance! et l’avenir comme une opportunité! Votez pour votre liste renaissance pour une France forte dans une Europe solide!

S.L.

Mehdi Reddad : Mehdi Reddad Référent LaREM pour le Maghreb. Entrepreneur, Diplômé de Sciences Po Paris

Ismael Belkhayat: fondateur du comité laREM de Casablanca. Entepreneur, Diplômé de Cornell University

Suggestions d’articles

Météo Maroc: les températures estivales de retour

Les prévisions météorologiques pour la journée du dimanche 16 juin 2019.