Les enjeux de la visite Royale en Ethiopie

L’Ethiopie, où le Roi entame ce vendredi une visite officielle, est un pays a prendre en considération pour l’Afrique de demain.
Deuxième pays le plus peuplé d’Afrique avec 97 millions d’habitants en 2015, l’Ethiopie a réalisé durant la dernière décennie une croissance spectaculaire de 10% en moyenne par an. Il s’agit d’un élan historique de développement dans un pays bien parti pour accéder au groupe des pays à revenu moyen dans les dix années qui viennent.
De nombreux défis restent certes à relever dans cette nation de l’Afrique de l’Est, en particulier dans les domaines relevant du développement humain. Mais les observateurs sont optimistes quant à l’avenir de ce pays vers lequel les yeux sont rivés, le considérant comme l’une des destinations « les plus prometteuses des investissements en Afrique ».
L’agriculture demeure la locomotive par excellence de l’économie éthiopienne, contribuant à hauteur de 42% au Produit intérieur brut (PIB), créant 75% des emplois. Le secteur représente aussi 80% des exportations du pays.
En dépit de cette importance, le secteur n’arrive pas à fonctionner à plein régime pour satisfaire les besoins d’une large population, en raison notamment de la vulnérabilité de l’Ethiopie aux aléas climatiques.
Par ailleurs, le pays, en particulier la capitale Addis-Ababa, est un grand chantier ouvert avec des travaux de construction en effervescence, témoignant du dynamisme de cette grande nation. Des infrastructures aux industries en passant par les services, le pays offrent de nombreuses opportunités d’investissement.
Il s’agit de données d’une grande importance qui ne manqueront pas de se refléter positivement au niveau des relations entre le Maroc et l’Ethiopie.
« Après le Rwanda et la Tanzanie, où les visites Royales ont été un franc succès sur tous les plans, l’étape éthiopienne vient envoyer un signal supplémentaire quant à l’enracinement du leadership panafricain du Maroc », affirme la MAP.
A Addis-Abeba, les médias locaux ont mis en avant ce caractère stratégique du déplacement du Roi en Ethiopie, estimant que « la levée du drapeau marocain à Addis-Abeba, capitale de l’Afrique, devra traduire cette mobilisation qui ne cesse de se renforcer en faveur du retour du Royaume au sein de sa famille institutionnelle africaine, représentée par l’Union africaine (UA) », dont le siège se trouve à Addis-Abeba.
« L’Éthiopie abritera le prochain sommet de l’UA en janvier », souligne le quotidien Jeune Afrique rappelant que « la demande de réintégration du Maroc au sein de cette instance a été envoyée aux pays membres après que Mohammed VI s’est adressé au président tchadien Idriss Déby Itno le 31 octobre, afin que ce dernier intervienne auprès de la présidente de la Commission africaine, Nkosazana Dlamini Zuma, qui avait reçu le document le 22 septembre mais ne l’avait pas encore transmis aux intéressés ».

Abdelghani AOUIFIA et MAP


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page