Education: le PADS fustige l’adoption du projet de loi-cadre

Le Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste (PADS) réitère son refus de l’adoption du projet de loi-cadre, relatif à la réforme du système d’éducation, de formation et de recherche scientifique.

Dans un communiqué dont Le Site Info détient copie, le PADS s’étonne de la rapidité fulgurante avec laquelle cette première du genre a été décidée. L’adoption du projet de loi-cadre précité est le fait de décisions implicites et claires de la lutte des classes.
L’objectif assigné, selon le PADS, est “l’avortement des droits légitimes des filles et garçons marocains à un enseignement public, libre et gratuit et la privatisation outrancière d’un secteur social et stratégique”.

De même que l’adoption express, sous l’Hémicycle, dudit projet prouve la vérité sur les desseins impopulaires et anti-démocratiques de l’institution parlementaire et son passage outre la Constitution elle-même. Celle-ci, précise le communiqué, a institué la langue officielle du pays, ainsi que le disposent les recommandations du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique concernant la langue d’enseignement.

Par ailleurs, le PADS a tenu à affermir la position des deux députés de la Fédération de la gauche démocratique (FGD), au sein de la Première Chambre, et ceux de la Confédération démocratique du travail (CDT). Lesquels élus de la Nation ont voté contre le projet de loi-cadre. Le communiqué ne manque pas non plus de condamner l’Exécutif d’avoir permis l’adoption du projet de loi organique régissant le droit de grève “privant la classe ouvrière de son plus important moyen de défendre ses droits et sa dignité”.

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Après El Othmani et Hammouchi, le secrétaire d’État US rencontre Bourita

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, s'est entretenu, ce jeudi à Rabat, avec le secrétaire d’État américain, Michael Pompeo, en visite de travail dans le Royaume.