Le ministère de l’éducation accusé d’avoir trafiqué des résultats

©DR

Quatre syndicats de l’éducation nationale ont accusé leur ministère d’avoir trafiqué les résultats du test de compétences destiné aux professeurs. Selon eux, plusieurs notes éliminatoires ont été données et les listes des promus étaient déjà prêtes avant le test de compétences. 

Le communiqué officiel des quatre syndicats souligne l’importance de la présentation de ce dossier de fraude au parlement et la nécessité d’ouvrir une enquête pour comprendre cet acte jugé comme une «injustice».

Des solutions ont été proposées dans ce communiqué : renouveler l’examen de compétences des professeurs, corriger une nouvelle fois les feuilles d’examen de «manière impartiale» et retrouver ces «mains invisibles» qui ont trafiqué tous les résultats et permis à des personnes incompétentes de bénéficier de promotions.

Cette polémique permet de se poser des questions sur le fonctionnement et sur le contrôle de la dotation des primes et des promotions envers les fonctionnaires. En effet, ce secteur s’est toujours caractérisé par son manque de transparence. De nombreux fonctionnaires ont pu bénéficier de la notoriété de leurs relations pour parvenir à leurs fins.

Pourtant, la question de la dotation des primes aux fonctionnaires a été posée par l’ex-ministre de l’éducation nationale, Mohammed El Ouafa, mais il ne s’y est pas éternisé et a préféré laisser cette tâche à son successeur Rachid Belmokhtar.

Cette situation représente un réel scandale au sein de ce ministère puisque, jusqu’à ce jour, il n’a pas justifié le retard de la publication des notes et des résultats des personnes primées, la concentration suspecte des primés dans des régions spécifiques et la quasi inexistence de leurs effectifs dans d’autres.

Parmi les protestataires, on retrouve Abdelilah Dahmane, secrétaire général adjoint de la fédération de l’enseignement. Il a déclaré au quotidien arabophone Al Massae que son syndicat n’a eu de cesse de demander que ces examens «soient mis sous le microscope» et que des explications plus précises sur le processus de sélection soient données. Il a également évoqué la nécessité de la transparence des méthodes de correction et du quota de chaque région au Maroc.

Soraya Adny

Articles similaires

Suggestions d’articles

Programme “Tayssir”: le ministère a fait une annonce

Le ministère de l'Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique a annoncé, jeudi, le...