Le Maroc réitère son appel au calme en Libye

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, a réitéré, ce mercredi à Rabat, l’appel du Royaume du Maroc à toutes les parties libyennes à privilégier l’intérêt suprême et à adhérer sérieusement au processus politique.

“Le Maroc suit avec une grande inquiétude la situation en Libye, notamment à la lumière de l’escalade militaire à l’entrée de la capitale Tripoli et les conséquences qui peuvent en découler en termes de tragédies humaines et son impact sur la stabilité dans ce pays du Maghreb”, a indiqué Bourita dans une déclaration à la presse à l’issue de ses entretiens avec Jumaa al-Qamati, envoyé personnel du chef du Gouvernement d’union nationale en Libye, Fayez el-Sarraj.

Pour le Maroc, a poursuivi le ministre, “l’option militaire ne peut que compliquer davantage la situation en Libye et affecter la stabilité et la sécurité des citoyens”, notant que le Royaume considère que le processus politique constitue la meilleure solution à la crise libyenne.

De ce fait, a-t-il insisté, le dialogue demeure la voie idéale pour traiter toutes les questions entre les différentes parties libyennes. Bourita a relevé, par ailleurs, que la stabilité de la Libye ainsi que la préservation de son intégrité territoriale et la sécurité de ses citoyens ont toujours été une priorité pour le roi Mohammed VI, et ont motivé toutes les initiatives du Royaume visant à rapprocher les points de vue et à favoriser la signature de l’accord de Skhirat, le seul aujourd’hui qui fait l’unanimité de tous les Libyens et considéré par le Conseil de sécurité et la communauté internationale comme plate-forme vers une transition démocratique et fluide dans ce pays maghrébin frère.

S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Bourita et Yassine Mansouri sont à Ouagadougou

Une session extraordinaire de la CEDEAO sur la lutte contre le terrorisme s’est ouverte samedi à Ouagadougou, avec la participation d’une délégation représentant le roi Mohammed VI.