Le départ de Bouteflika ne sert pas la question du Sahara (El Yazghi)

Mohamed El Yazghi a fait le parallèle entre les développements internes que connaît notre voisin de l’Est et la question du Sahara marocain.

La démission d’Abdelaziz Bouteflika et les manifestations que connaît l’Algérie ne servent pas le dossier du Sahara marocain. Ce sont les paroles de l’ex-ministre Mohamed El Yazghi, cité par l’hebdomadaire Al Ayam.

L’USFPiste, qui présentait mardi son dernier ouvrage « Le Sahara, notre identité » à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Mohammédia, a fait savoir qu’il était dans l’intérêt du Maroc que l’Algérie soit un pays démocratique, plutôt qu’un pays en conflit. « Ce sera un atout pour nous », a-t-il affirmé.

« Qu’il s’agisse des pro ou anti-Bouteflika, les Algériens ont la même opinion sur la question du Sahara », a ajouté El Yazghi, soulignant qu’il n’y aura donc pas de changement à ce niveau, sauf que le traitement sera démocratique. « C’est pour cela que nous devons continuer à défendre notre intégrité territoriale », a-t-il martelé.

Concernant le dernier processus de négociations sur le Sahara mené par l’ONU, Mohamed El Yazghi a indiqué que l’implication directe de l’Algérie dans ce processus est un point positif, alors qu’elle prétendait ne pas être concernée par le conflit.

Rappelons qu’après 20 longues années au pouvoir, l’Algérie s’est réveillée mercredi 3 avril sans Abdelaziz Bouteflika. Le président avait présenté le 2 avril dernier sa démission au président du Conseil constitutionnel. Cependant, malgré le départ de Bouteflika, les Algériens continuent à manifester pour réclamer le départ de « tout le régime ».

K.Z. et S.L.




Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page