L’autre vérité sur la rencontre de Fouad Ali El Himma et Benkirane

Beaucoup de bruit a accompagné l’information selon laquelle, le conseiller du Roi Fouad Ali El Himma aurait rencontré Benkirane pour le dissuader au nom du souverain, de démissionner. Les médias en ont fait leurs choux gras, bien qu’il n’y ait aucun communiqué à ce sujet. Les sites très proches du PJD ont relayé cette information et amplifié sa teneur, au point de semer le doute sur une hypothétique démarche royale entourée de confidentialité.

“Pourquoi se réunir en catimini et discuter d’un sujet très sensible qui intéresse l’opinion publique?”, se demandaient beaucoup de citoyens et des observateurs de la scène politique. Pourquoi Benkirane n’a-t-il pas démenti la tenue de cette rencontre et n’a-t-il pas apporté les précisions nécessaires? Beaucoup d’interrogations qui ont trouvé un début de réponse. En effet, un quotidien réputé proche du PJD affirme que Benkirane a bien rencontré le conseiller du Roi accompagné de Omar Azziman, le président du conseil supérieur de l’éducation.

La discussion aurait porté sur la question de l’enseignement de la philosophie qui a fait l’objet d’un communiqué du chef de gouvernement et qui répondait aux contestations des professeurs de philosophie. Ces derniers se sont insurgés contre des explications mettant en cause l’esprit philosophique dans les nouveaux manuels scolaires, l’opposant aux valeurs religieuses.

De son côté, le quotidien Al Ahdath Al Maghribiya, estime que Benkirane aurait délibérément laissé agir les sites qui lui sont proches, pour mettre plus de pression à la fois sur l’entourage du Roi et sur les partis avec lesquels il était en consultations. En tout cas, le journal conclut que Benkirane est dans un grand pétrin politique.

T.J.

 

TEST DRIVE - Découvrez la Citroën C3 Aircross, désormais dispo au Maroc !

Suggestions d’articles

PJD: Ramid a la nostalgie de Benkirane

Ramid a expliqué que c'était par sauvegarde du principe du parti, reposant sur les réformes et la stabilité, que Benkirane avait dû opter pour le consensus.