La Tunisie veut rapprocher le Maroc et l’Algérie

Le ministre des Affaires étrangères tunisien Khemaies Jhinaoui a déclaré vouloir poursuivre ses efforts avec « les frères algériens et marocains pour mettre fin au conflit entre les deux pays ».

Dans un entretien accordé à Sabah News, Khemaies Jhinaoui évoque la proposition d’une réunion « à huis-clos des ministres des affaires étrangères de l’Union du Maghreb arabe ».
« La Tunisie poursuit ses efforts diplomatiques avec les frères du Maghreb dans l’objectif de relancer de l’Union du Maghreb arabe… Les cinq ministres maghrébins des Affaires étrangères sont invités pour une réunion à huis clos et des dates ont été proposées”, précise le ministre tunisien qui dit vouloir en finir avec les divergences entre les pays de la région, notamment entre le Maroc et l’Algérie.

Rappelons que suite à une dépêche de l’agence APS, les médias algériens avaient évoqué « une réponse de l’Algérie à Mohammed VI » ou encore un « main tendue de Bouteflika à Mohammed VI.

« L’Algérie a saisi le Secrétaire général de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) pour l’organisation dans les délais les plus rapprochés d’une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Union », avait annoncé un communiqué du ministère des Affaires étrangères algérien. Une initiative qui « s’inscrit en droite ligne de la conviction intime et maintes fois exprimée par l’Algérie de la nécessité de la relance de l’édification de l’ensemble maghrébin et de la réactivation de ses instances », souligne la même source.

Par la suite, mécontent de cette fausse réponse d’Alger, le ministre des Affaires étrangères marocain Nasser Bourita, s’est entretenu avec l’Ambassadeur d’Algérie à Rabat pour lui demander une réaction officielle.

Le Maroc a pris note de la lettre du Secrétaire Général de l’Union du Maghreb Arabe, en date du 23 novembre, informant des demandes tunisienne et algérienne appelant à la tenue d’une réunion du Conseil des Ministres des Affaires étrangères de l’UMA. Mais la demande algérienne est « sans rapport avec l’Initiative Royale. Celle-ci est purement bilatérale, alors que la démarche algérienne s’inscrit dans le cadre de la relance de la construction régionale », avait prévenu Bourita.

« L’état de léthargie que connait l’UMA, depuis des années, est essentiellement dû à la nature anormale des relations maroco-algériennes, lesquelles ne peuvent être traitées que dans le cadre d’un dialogue bilatéral, direct et sans intermédiaires », ajoute le ministre. La Tunisie jouera-t-elle un rôle entre les deux pays? On est en droit d’en douter.

Allabouch El Mehdi

 




Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page