La proposition d’un député PJDiste fait réagir

Najib El Bekkali a trouvé la panacée qui incitera des cadres moyens et supérieurs à daigner se présenter aux élections. Il s’agit simplement de revoir à la hausse le barème des indemnités des élus de la Nation, écrit-il dans une publication sur sa page officielle Facebook.

En effet, le député PJD de la circonscription de Mohammédia considère que les indemnités octroyées actuellement ne sont pas à la hauteur des responsabilités assumées. Et pour étayer ses dires, El Bakkali cite le montant des indemnités de certains responsables des communes et autres arrondissements, tout en les comparant avec les rémunérations de cadres supérieurs du secteur privé, en particulier.

“Est-il pensable que le président de la commune de Casablanca, dont le budget dépasse les 3 milliards de dirhams, qui a plus de 1500 fonctionnaires et dont les prérogatives sont parfois plus nombreuses que celles de certains ministres ne touche que 15000 DH d’indemnités mensuelles?”, s’interroge le parlementaire islamiste. Et d’ajouter qu’en même temps, des directeurs de sociétés déléguées par la même commune perçoivent des rémunérations ou des indemnités beaucoup plus élevées.

Dans sa publication, El Bakkali se pose d’autres problématiques, allant dans le même sens que ce qui précède, c’est-à-dire plus pécuniaires qu’existentielles. Du genre: “Un médecin dont le cabinet marche bien voudrait-il se présenter au élections?”. Et de poser la même question concernant un expert, un journaliste(sic), un professeur universitaire, “entre autres cadres moyens ou supérieurs”, précise-t-il.

En somme, si le dicton dit que “l’argent est le nerf de la guerre”, pour le PJDiste Najib El Bakkali, des milliers de dirhams sonnants et trébuchants, comme indemnités, sont des stimulants nécessaires et suffisants pour se présenter aux élections afin de servir les intérêts de ses concitoyens!

Larbi Alaoui

عرض محدود مع كوراليا _ إستفيدوا من %3 تخفيض على جميع مشاريعنا

Suggestions d’articles

Ce qu’El Othmani nous a dit pendant le ftour

Nous étions invités, mercredi 15 mai, à un "ftour" chez le chef de gouvernement.