La fermeture des locaux d’Al Adl Wal Ihsane arrive au Parlement

Le groupe du parti Istiqlal à la Chambre des représentants a demandé vendredi 8 février au Président de la Chambre Habib El Malki des éclaircissements sur la mise sous scellé de villas à Inezgane, Casablanca et Kénitra appartenant à des membres d’Al Adl Wal Ihsane, le mouvement islamique marocain interdit mais toléré.

Le Président de la Chambre des représentants a rétorqué que la réponse à ce sujet était chez le ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme, Mustapha Ramid, et c’est à lui qu’une question orale devait être adressée.

Le groupe istiqlalien a déclaré que par respect à la Constitution, les autorités publiques se devaient d’informer l’opinion publique sur les véritables raisons de cette mise sous scellé.

Adl Wal Ihsane avait dénoncé, au cours d’un point de presse à Salé, ces faits. Selon les autorités, ces villas accueillaient des réunions publiques sans autorisation.

M.J.K

 

Suggestions d’articles

Sur leur trajet vers Casablanca, ils tombent dans les filets de la police

Deux personnes ont été arrêtées.