La caisse des retraites des députés donne des migraines à Habib El Malki

Le tout nouveau président de la Chambre des représentants s’est retrouvé en face d’un problème grave. C’est celui de la faillite de la caisse de retraite des parlementaires, gérée par la caisse de dépôt et de gestion (CDG). En effet, si rien n’est entrepris d’ici la fin du mois de février, 700 ex-députés ne pourront pas percevoir leurs retraites.

Ainsi, Habib El Malki et le bureau de la chambre ont désigné Abderrahim Atmoun du PAM et Najib Boulif du PJD pour essayer de trouver une solution. Tout d’abord, ils doivent ouvrir des consultations avec le pôle prévoyance de la CDG pour explorer les voies possibles à une relance de la caisse de retraite.

Mais quelle que soit la solution envisagée, celle-ci doit passer par le gouvernement soit à travers un projet de loi ou par le parlement à travers une proposition de loi.

D’après le quotidien Akhbar Al Yaoum, qui se base sur des analyses de certains spécialistes, toutes les solutions donneront lieu à un débat public, qui risque d’être enflammé. Et pour cause, nombreux sont ceux, au Maroc, qui revendiquent purement et simplement la suppression des retraites parlementaires.

Parmi les solutions envisagées, il y a la subvention de l’Etat qui peut s’élever à 33 millions de dirhams. Ceci provoquera certainement une vague d’indignation et de protestation. La réflexion se dirige également vers l’augmentation des cotisations des députés de 2900 dh à 5800 dh. Dans ce cas, la cote part de la chambre des représentants s’élèvera à près de 11 mille dirhams. Une charge supplémentaire pour le budget du parlement. Parallèlement, une baisse des montants des retraites est également envisagée. Elle passerait de 5000 dh à 2500 dh.

T.J


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page