Istiqlal: Chabat persona non grata pour les prochaines élections?

Le retour au bercail de Hamid Chabat, après plusieurs années de pérégrinations à l’étranger, en Allemagne puis en Turquie, doit avoir ses raisons d’être. Depuis, l’ancien secrétaire général du parti de la Balance et ex-maire de Fès, fait montre d’une assiduité exemplaire et nouvelle, sous l’Hémicycle, et participe à toutes les activités du parti de Allal Fassi.

Laquelle assiduité inhabituelle chez Chabat a-t-elle un rapport avec les prochaines échéances électorales?C’est la question qui est sous toutes les lèvres. Et une source du Comité exécutif du parti de l’Istiqlal y a répondu par la négative, dans une déclaration à Le Site info.

Ainsi, ledit Comité assure qu’il n’a pas donné son aval pour la candidature de Chabat aux prochaines élections communales et législatives, à Fès. Et de préciser que seul le Comité exécutif est habilité à décider des candidatures pour le prochain scrutin et que le fait que Hamid Chabat ait repris ses activités parlementaires et partisanes ne signifie nullement que l’ancien patron de la Balance sera candidat au nom de son parti.

A la question de Le Site info de savoir si le parti de l’Istqlal compte opposer son « niet » à la candidature de Chabat, la même source affirme que ce propos est dénué de tout sens et que l’ex-SG du parti ne doit pas compter sur une probable candidature à cause de « certains problèmes » que l’on s’est gardé de ne pas citer.

Cela laisse entendre que les dirigeants istiqlaliens ont abordé le sujet et ont pris une décision irrévocable et ce, malgré le fait que Chabat ait une base solide et des alliés qui ont leur poids à Fès. Sauf que l’Istiqlal a d’autres considérations à ce sujet. Pour rappel, l’ancien patron de la Balance avait subitement quitté le Maroc après sa défaite électorale pour briguer un autre mandat comme maire de la capitale spirituelle, même s’il était parvenu à garder son siège de député.

Par la suite, à coups de certificats médicaux, il avait expliqué son absentéisme sous l’Hémicycle, sachant qu’il avait, auparavant, présenté sa démission écrite au chef du groupe parlementaire istiqlalien, Nourredine Mediane. Mais ce dernier avait gardé la lettre dans son bureau et ne l’a donc pas remise à Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, selon des données recueillies par Le Site info d’une autre source du parti de l’Istiqlal.

L.A.


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page