Hassad inscrit le français dès la première année de l’école publique

Le ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur n’a pas de temps à perdre. Dès sa prise de fonctions au sein de ce département labyrinthe, Mohamed Hassad a entrepris des actions en profondeur pour corriger les dysfonctionnements du système éducatif public. Une vraie révolution en perspective dans ce secteur si on prend en considération la cadence avec laquelle le nouveau ministre s’attaque à l’héritage peu reluisant de ses prédécesseurs.

Sa toute dernière décision concerne l’introduction du français dès la première année de l’enseignement fondamental en y allouant les moyens financiers et humains nécessaires. Et cela doit être lancé dès la prochaine rentrée scolaire, a affirmé le ministre devant les députés lors de la séance des questions au gouvernement. Hassad précise que le programme de cette réforme sera fin prêt dans un mois et sera soumis au conseil de gouvernement pour approbation.

Jusqu’ici, les élèves du primaire ne commencent à étudier le français qu’à partir de la troisième année, alors que leurs homologues du secteur privé le font dès la première année. Et dans certaines écoles, l’anglais est également enseigné dès la première année du cycle secondaire.

N.A.F.

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Maroc: que sont-ils devenus après le séisme royal?

Que sont-ils devenus? "Ils", ce sont les ministres et les hauts responsables du gouvernement qui ont fait les frais du séisme politique décidé par le roi Mohammed VI.