Groupes parlementaires: 20 ou 12 sièges, that is the question

Depuis la constitution de la majorité parlementaire, et après avoir assuré sa participation au gouvernement, le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) remet sa vieille revendication sur la table, celle de diminuer le seuil de sièges parlementaires à atteindre pour former un groupe.

Le règlement intérieur actuel de la Chambre des représentants prévoit un minimum de vingt sièges, or le PPS qui est membre de la coalition n’en a obtenu que douze, dont cinq à travers la liste nationale. Il ne dispose, par conséquent, que d’un groupement parlementaire et, de ce fait, ne peut pas prétendre à beaucoup d’avantages dont jouissent les groupes. Et comme les représentants d’autres partis minoritaires ont rechigné à étoffer son équipe, le PPS s’en remet aux autres formations de la majorité pour obtenir gain de cause.

Cependant, jusqu’à présent, toutes les tentatives sont restées vaines, y compris du côté du PJD avec lequel Nabil Benabdallah a scellé un pacte. Le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, qui a entamé le processus d’amendement du règlement intérieur, n’a jusqu’ici reçu aucune requête à ce sujet. Il se concentre donc sur la disposition phare de cet amendement qui consiste à déposséder définitivement les députés de leur statut parlementaire en cas de changement de formation politique, comme c’était le cas lors de la constitution du Bureau de l’Assemblée en 2016, lorsque douze députés ont migré entre les différents partis.

T.J


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page