Gouvernement: la majorité n’a toujours pas accordé ses violons

Une source bien informée a laissé entendre à Le Site info, que les six partis de la majorité, ont préféré botter en touche et reporter leur décision sur la question d’un éventuel candidat commun à la présidence de la Chambre des conseillers à une prochaine fois. Les SG ont tenu une réunion jeudi, au domicile du chef du gouvernement et du PJD, Saâd-Eddine El Othmani.

Au sujet du différend entre le PJD et le RNI suite à la déclaration de Rachid Talbi Alami sur les élections partielles de M’diq-Fnideq, lors de l’université d’été de la jeunesse RNI, qui s’était tenue le week-end du 22/23 sept, il a été dit que l’affaire étant close, aucune discussion à propos ne sera entamée. Un bouche cousue de circonstance qui trouverait ses origines dans la solidarité forcée que se doivent de tenir les six partis de l’exécutif.

Mais au vu de la situation actuelle, surtout en ce qui concerne le perchoir de la Chambre des conseillers, on en conviendra, l’heure est plutôt à l’urgence ou pour le moins préoccupante pour nos amis de la majorité. D’ailleurs, au regard du déroulé de certains évènements il n’est guère d’autres interprétations.

Voyons voir ! Abdessamad Qayouh du Parti de l’Istiqlal vient d’avouer sans détour, sa vive intention de briguer le poste de Hakim Benchamass à la présidence de la seconde Chambre. Ce dernier étant candidat à sa propre succession a, en catimini, déjà entamé sa petite campagne de reconquête d’un siège qui pourrait s’ouvrir à d’autres. Et pour cause, Benchemass vient de rendre visite à Abdelillah Benkirane. De courtoisie ou de circonstance rien en tout cas n’a encore filtré sur cette rencontre. D’un autre côté le représentant du parti de la Balance ne ménage aucun effort et s’est même assuré selon des dires la bénédiction du PJD.

Vu sous cet angle, la lutte, que se livrent les deux candidats de l’opposition s’annonce serrée et son sort scellé aux alliances que l’un et l’autre sont en train de quémander aussi bien au niveau de la majorité que de l’opposition.

On en devine alors aisément les velléités de ces yeux doux à une majorité au bord de l’implosion, de la part des deux seuls candidats déclarés jusqu’à présent. C’est du lourd et un remake en perspective. Nos deux bonhommes représentent deux partis largement majoritaire dans cette Chambre (PI, 24 sièges et PAM, 23 sièges) loin devant le PJD, le MP et le RNI respectivement 12, 10 et 8 sièges. C’est dire toute la cherté d’un traité d’alliance par ces temps qui courent. Un ”entre les deux, ma raison balance en quelque sorte” au vu de la brouille PAM/RNI. Suivez d’autres regards !

Mohamed Jaouad Kanabi

Suggestions d’articles

Le PJD réagit à la plainte de Latifa Raafat

La chanteuse marocaine Latifa Raafat a déposé plainte contre le Chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani et le secrétaire régional du PJD à Sidi Kacem Abderrazak El Aslani.