Genève: El Othmani a-t-il évoqué la « mascarade de Radès » avec son homologue tunisien?

Une forte délégation marocaine participe, en Suisse, à la 108ème session de la Conférence internationale du travail, marquant le centenaire de l’Organisation internationale du travail (OIT).

A sa tête, le chef de gouvernement qui, entre autres personnalités politiques, a eu l’occasion de rencontrer son homologue tunisien, ce mardi matin à la capitale helvétique. Une rencontre maghrébine venant après la mascarade du match de la honte entre l’Espérance sportive de Tunis et le Wydad de Casablanca, vendredi 31 mai dernier, au Stade olympique de Radès, dans la banlieue de la capitale tunisienne.

Depuis, l’on sait ce que le Comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) a décidé, lors de la réunion d’urgence, à Paris, et les réactions de part et d’autre à Rabat et à Tunis. Et, à la surprise de l’opinion publique, aussi bien marocaine qu’internationale, des réactions virulentes ont été constatées, d’une rare violence, voire insultantes et diffamatoires de certains médias du pays du Jasmin et même de responsables politiques de haut niveau. Un match de football à rejouer, des sanctions à l’encontre de l’EST et son bouillant président. Et voilà qu’une rencontre sportive s’est transformée en affaire politique, allant même jusqu’à évoquer la première cause nationale du Royaume: l’intégrité territoriale du Maroc. A rappeler aussi que chacun de son côté, Chahed avait défendu les intérêts de l’équipe tunisoise et El Othmani ceux du club casablancais.

Donc, en marge de ces nuages noirs qui assombrissent le ciel maroco-tunisien que se sont dits Saâeddine El Othamani et Youssef Chahed à Genève? Des amabilités de circonstance pour certains, un dialogue figé pour d’autres, voire une pratique habituelle de la langue de bois politicienne, pour les plus pessimistes des observateurs.

En tout cas, le chef du gouvernement marocain a insisté devant les médias sur l’excellence des relations bilatérales entre le Maroc et la Tunisie. El Othmani a ainsi affirmé que sa rencontre avec le chef du gouvernement tunisien est positive et que chaque occasion régionale ou internationale est propice pour réaffirmer la pérennité des liens entre les deux pays.

C’est également l’occasion de promouvoir les relations bilatérales dans tous les domaines et de se consulter concernant les questions internationales d’intérêt commun, a souligné Saâeddine El Othmani.

Et l’affaire EST-WAC? Motus et bouche cousue de la part des deux chefs de gouvernement! A moins que le sujet fâcheux n’ ait été évoqué et que les deux hommes ne se soient mis d’accord  sur une sortie honorable pour l’EST et pour le WAC. Qui sait?

C’est sans doute préférable car une rencontre sportive, même entachée d’irrégularités manifestes et devant être rejouée à huis clos, en terrain neutre, selon la décision de la CAF, ne saurait assombrir davantage des relations bilatérales fraternelles entre le Royaume et la Tunisie.

Larbi Alaoui




Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page