Exécutif: sorti par la petite porte, le PJDiste Khalid Samadi rentre par la fenêtre

Avant le remaniement, le PJDiste Khalid Samadi occupait le poste de secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Au sein du gouvernement El Othmani remanié, en sus de la réduction du nombre de ministre, exit les secrétaires d’Etat! Samadi en était un. Il ne l’est plus. Mais sorti par la petite porte, il vient de rentrer par la fenêtre de l”Exécutif en tant que conseiller de Saâeddine El Othmani.

El Othmani est chef de gouvernement, mais aussi secrétaire général du parti islamiste auquel appartient le revenant Khalid Samadi. Celui-ci annonce, presque triomphalement, son retour, via sa page officielle Facebook: “A partir de cette semaine, je reprendrai, par la grâce de Dieu et avec Son assistance, le système de réformes de l’enseignement. Mais cette fois-ci en tant que conseiller du chef de gouvernement, chargé du pôle de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la culture”.

Samadi ajoute que ce pôle, composé de plusieurs “experts exceptionnels  et spécialisés” dans ce domaine, sous la supervision du chef de gouvernement, prépare un plan d’action ,un programme et des indicateurs de concrétisation , ainsi que des outils de suivi et d’évaluation.

Pour rappel, Khalid Samadi était professeur universitaire à l’ENS de Tétouan de l’Université Abdemalek Saâdi, de 1991 à 2013. L’ex-chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane l’avait désigné, de 2013 à 2016, chargé de l’Education, de la formation et de la recherche scientifique.

Tout cela est bien normal, n’est-ce pas? Et, pour pasticher Maître Pangloss de Voltaire, certains diront: “Tout est pour le mieux dans les gouvernements PJDistes des meilleurs des mondes possibles”.

Larbi Alaoui

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

PJD-PI: une rencontre annonciatrice d’une prochaine alliance?

Une rencontre avait réuni le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) et le Parti de l'Istiqlal (PI). Celui-ci  s'était également réuni avec l'Union socialiste des forces populaires (USFP); Pourtant, ces deux rencontres n'ont enfanté ni communiqués communs, ni photos.