Europe: des associations amazighes adressent une lettre à Amzazi

Le collectif des associations amazighes en Europe a adressé une lettre au ministre de l’Education nationale, Said Amzazi, au sujet de l’enseignement de la langue amazighe.

« Nous apprenons que votre ministère organise un concours de sélection de 841 professeurs chargés d’enseigner la langue arabe et la culture marocaine au profit des enfants des Marocains résidant en Europe (circulaire Nº 050X19), excluant une fois encore la langue et la culture amazighes. Cette décision est inconstitutionnelle et discriminatoire envers l’amazighe instaurée comme «langue officielle de l’État en tant que patrimoine commun à tous les Marocains sans exception» dans la Constitution de 2011. Cet acquis est le fruit des mobilisations de la société civile et de ses composantes actives dont les associations des Marocains Résidents en Europe », lit-on dans la lettre.

Et d’ajouter: « Votre décision est porteuse d’une double injustice: elle prive les amazighs MRE de l’accès à leur langue et culture. Elle exclut d’autre part les professeurs de l’amazighe de ce concours et de la possibilité d’enseigner aux enfants des marocains résidents en Europe. Vous n’êtes pas sans savoir qu’une majorité de marocains résidents en Europe et ailleurs dans le monde, sont de culture et de langues amazighes. Ces dimensions y sont absentes dans l’enseignement des langues, dites d’origine, qui se limite à l’arabe. Il en va de même pour l’offre culturelle ».

Et ce n’est pas tout. Le collectif demande au ministre de rééquilibrer le programme en question ainsi que les autres initiatives de sorte à représenter la diversité linguistique et culturelle du Maroc, ainsi que de mettre en place un programme sérieux d’enseignement de la langue amazighe à destination des adultes et des enfants des marocains du monde en amendant des accords bilatéraux avec les pays concernés.

A.K.A.

 

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Covid-19: la situation est « très grave » en Europe (responsable)

La situation liée au coronavirus en Europe est "très grave", a averti ce mercredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, faisant état d'une "forte propagation du virus" dans l'ensemble du vieux continent.