Driss Lachgar et Habib El Malki devant la Justice

Le Tribunal de première instance d’Inezgane a convoqué à comparaitre pour le 20 décembre prochain, Driss Lachgar, premier secrétaire de l’USFP, Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, et Hamid Jmahri, membre du Bureau politique de l’USFP.

Tous trois, en leur qualité de responsables des journaux du parti et Mohamed Anfi, secrétaire régional de l’USFP de Meknès devront répondre à la plainte déposée à leur encontre par le vice-secrétaire régional de l’USFP à Inezgane Rachid Bouzit en tant que plaignant, qui espère que justice lui sera rendue.

Ce dernier reproche à ses camarades, trois des ténors de son propre parti, la publication d’un article sur les colonnes du journal Ittihad ichtiraki le traitant de “baltaji” (ndlr: baltajia, terme égyptien employé lors de la révolution ayant mis fin au régime de Housni Moubarak et désignant ceux qui s’attaquaient au manifestants.

De plus, Rachid Bouzit dénonce la republication du même article diffamatoire, selon lui, aussi bien par le même journal que par le site électronique de ce dernier.

C’est donc dans le cadre de la diffamation et insulte au moyen de brochures d’information sur un journal papier et sur un site Web, prévue aux paragraphes 72 ,83 ,84, 85, 95, 96 et 99 delà loi n° 83-19 de la Presse et de la Publication que Rachid Bouzit s’est pourvu en Justice.

Il exige également que les quatre concernés se présentent au tribunal “par respect pour la justice et la transparence”. Et en conformité avec la Constitution qui “garantit l’égalité de tous en droits et en devoirs et ne fait aucune exception permettant à quiconque de ne pas se présenter devant la justice”.

D’un autre côté, le plaignant, on le rappelle, avait révélé qu’il a demandé 20 millions de centimes comme dommages et intérêts qu’il consacrera à des actions de bienfaisance.

M.J.K

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Affaire “Hamza mon bb”: une nouvelle décision concernant Dounia Batma attendue

Le Covid-19, l'état d'urgence, le confinement, ainsi que le couvre-feu, mesures instaurées par les autorités compétentes, nous avaient fait oublié ce sordide feuilleton.