Driss Dahak veut « limoger » 12 ministres du gouvernement de Benkirane

Déjà que le flou total règne quant à la constitution du nouveau gouvernement, Driss Dahak a pris de court toute la classe politique en proposant de déchoir des ministres. 

Le secrétaire général du gouvernement, Driss Dahak a créé la polémique en proposant de « limoger » tous les ministres qui ont été élus lors des élections législatives du 7 octobre. Selon lui, les ministres concernés, et ils sont au nombre de douze, ne doivent plus siéger au gouvernement, puisqu’ils cumulent deux fonctions à la fois, en devenant parlementaires.

Selon Assabah, cette démarche a surpris les premiers intéressés et bien entendu le chef de gouvernement lui-même. Il s’agit de Lahcen Daoudi, Najib Boulif, Aziz Rabbah, Lahcen Haddad, Mustapha El Khalfi, Abdelkader Amara, Mohamed Abbou,Mohamed Moubdii, Driss El Azami entre autres.

La décision du secrétaire général du gouvernement demeure incompréhensible pour beaucoup d’observateurs, puisque la loi prévoit que le ministre, fraîchement élu, obtienne un délai de deux mois de répit après la constitution du gouvernement, avant que sa situation ne soit considérée comme incompatible. Et il y a également un autre point important qui contredit la décision de Dahak, c’est que la chambre des représentants est toujours en vacance et par conséquent, les ministres du gouvernement de liquidation des affaires courantes, ne sont pas assujettis au contrôle parlementaire. D’après un politologue, « pour que cette décision soit appliquée, il faut que les ministres déchus délèguent officiellement leurs pouvoirs à d’autres collègues ».

H.L.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page