Drame d’Imlil: Mustapha Ramid appelé à la barre ?

La défense des deux victimes scandinaves du drame d’Imlil a demandé jeudi à la Cour d’appel de Salé à ce que Mustapha Ramid soit appelé à la barre. Il est précisé que le dirigeant PJDiste soit entendu comme témoin dans ce dossier et non point en tant que ministre chargé des droits de l’Homme.

Les représentants de la partie civile demandent la convocation de Mustapha Ramid au procès du “crime de Chamharouch”, en tant que témoin, suite à son apparition dans une vidéo, tournée au sein d’une école coranique appartenant au réseau d’établissements du genre de Mohamed Maghraoui.

Dans cette vidéo, Ramid s’adresse au cheikh Maghraoui d’une manière très déférente. Ses “Ya sayidi, ya sayidi”(ndlr: titre d’honneur donné à certains dignitaires ayant le sens de “Monseigneur”) sont considérés par la partie civile comme une incitation à la haine.

La convocation de Ramid est aussi expliquée par la présence, à affirmer ou à infirmer, de l’un des individus impliqués dans le drame d’Imlil, sur le même enregistrement vidéo où apparaît Ramid.

Mais à l’heure où nous mettions en ligne, l’on apprend que la Cour d’appel, après une courte délibération, a rejeté la demande de convocation de Mustapha Ramid. Le juge a également rejeté celle de Mohamed Maghraoui, président de la polémique Association de prédication du Voran et de la Sunna, très proche du parti islamiste auquel appartient l’ex-ministre de la Justice et actuel ministre chargé des droits de l’Homme.

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

À Casablanca, la “guerre des trottoirs” est (vraiment) déclarée

Une énième (et sûrement pas la dernière!) campagne de lutte contre l'occupation illégale de l'espace public, à Casablanca, est menée tambour battant