Disparition de Baha: Benkirane donne des noms de responsables

La disparition d’Abdallah Baha, ministre d’Etat  et « boîte noire » du PJD, dans un  accident ferroviaire, survenu le 7 décembre 2014, qui avait suscité interrogations et rumeurs vite démenties, est revenue au devant de la scène politique, dans la bouche de son ami intime et patron du PJD, Abdelilah Benkirane.

Cette fois-ci, Benkirane a mis en doute les circonstances de la mort de Baha, en les liant à la visite qu’avait effectuée à l’époque le lieutenant général émirati et patron de la police de Dubaï, Dhahi Khalfan.

Selon le quotidien Al Akhbar, Benkirane avait déclaré, lors d’une réunion interne avec les cadres et les experts de son parti: « Je fais allusion à ce Khalfan, cet oiseau de mauvais augure d’Orient. Chaque fois qu’il fait un tweet, une catastrophe a lieu. Il est venu pour une semaine au Maroc, nous avons perdu Abdallah Baha. Dans un autre tweet, il annonçait que le PJD connaîtrait une chute vertigineuse ». (NDLR : c’était le 3 janvier 2015)

Benkirane a parlé d’un complot, entre le responsable émirati et des dirigeants de partis de l’opposition, ayant coïncidé avec la mort tragique de Baha: « Il me semble qu’ils ont fait une sorte de complot ». Il a rappelé une visite effectuée aux Emirats par le SG du PAM, Ilyas El Omari, Driss Lachgar, premier secrétaire de l’USFP et un membre du PPS pour rencontrer Kahlfan. Et Benkirane de  s’interroger: « Je ne sais pas pourquoi ils sont allés le voir? »
Al Akhbar souligne qu’une enquête judiciaire devrait être ouverte par le ministère de la Justice et des    libertés.

Pour sa part, Ilyas El Omari a démenti avoir rencontré Khalfan avec Lachgar et un membre du PPS. Il    réplique: « Les choses atteignant ce degré d’accusations, je ne répondrai pas à Benkirane. Je ne parlerai pas des circonstances de la mort de Baha et je n’entrerai pas dans cette polémique avec Benkirane ». El Omari ajoute:  « Ilyas est devenu le programme électoral du PJD. Ilyas en premier,  Ilyas en deuxième, jusqu’à la fin du programme ».

De son côté, Driss Lachgar a refusé de commenter ces accusations: « Je n’ai pas pris connaissance de qu’a dit Benkirane et en dépit de l’existence de telles déclarations, je ne les commente pas, parce que les œuvres des sages doivent être protégées contre l’enfantillage ».
Noureddine Boughanmi


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page