Des think-tanks américains tirent la sonnette d’alarme sur la situation en Algérie

Des think-tanks américains ont tiré la sonnette d’alarme sur la « précarité institutionnelle » dans laquelle est plongé le régime algérien.

Le peuple algérien, constatent-ils, vit au rythme des révélations quotidiennes sur ce que la presse de ce pays – elle-même – qualifie de « manque de cohésion » de l’action gouvernementale, dans un contexte exacerbé de « tensions entre les différents centres de pouvoir ».

Réduits à constater la faillite doctrinale du régime algérien, les Algériens regardent impuissants la psychorigidité de leurs gouvernants qui ont du mal à se départir des réflexes désuets de la guerre froide, une posture qui a sérieusement écorné l’image de l’Algérie à l’international et s’est traduite par un recul flagrant dans son environnement immédiat et sur la scène africaine. Un constat fait, par ailleurs, par le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, qui a fait état de sa frustration quant à l’indigence des échanges bilatéraux d’Alger avec les pays africains, au moment même où le Maroc déploie sa projection multiforme sur le continent sans distinction géographique aucune.

Dans une analyse clinique de la conjoncture actuelle en Algérie, la Heritage Foundation note ainsi que la « précarité institutionnelle » en Algérie continue de miner les perspectives d’un développement économique à long terme, sur fond “d’incertitudes politiques et d’une attitude négative à l’égard des investissements étrangers, autant de facteurs qui entravent une intégration complète à l’économie mondiale”.

Dans ce contexte, précise le think tank US dans son Index of Economic Freedom (indice de la liberté économique) au titre de l’année 2017, « les politiques visant la promotion ou le soutien des réformes en Algérie ont été soit négligées soit carrément inversées », ajoutant que le gouvernement algérien « n’a pu réaliser que peu de progrès en matière d’amélioration de la gouvernance fiscale, alors que les réformes structurelles pour la diversification de la base économique n’ont engendré que des résultats négligeables ».

Dans cette étude, la Heritage Foundation note également l’absence de résultats probants en matière de réformes structurelles et d’efficience des régulations visant l’ouverture du marché algérien et le développement du secteur privé.

La chute soutenue des cours du pétrole et l’opacité et l’incertitude entourant la succession présidentielle en Algérie plongent dans le désarroi les « factions au pouvoir », qui craignent que toute augmentation des taxes ou réduction dans les dépenses de l’Etat mènent à l’instabilité sociale et à l’aliénation de l’élite, souligne enfin  le think tank US Carnegie Endowment For international Peace.

Fouad ARIF (avec MAP)


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page