Une crise en sourdine entre le Maroc et la Mauritanie

Rabat et Nouakchott s’observent mutuellement sans admettre publiquement et officiellement que la crise est bien installée.

Le Président mauritanien vient de recevoir officiellement M’hamed khadad, le membre du secrétariat général du Polisario, chargé des relations avec la Minurso.

Cet émissaire portait un message de la part du nouveau secrétaire général de l’organisation séparatiste destiné à la direction mauritanienne.

Un épisode de trop dans le feuilleton de la crise qui ne dit pas son nom et qui dure depuis quatre ans.

Cependant, dans les deux capitales, on n’enregistre aucune déclaration officielle au sujet des relations entre les deux pays.

On fait comme si les choses se passaient le plus normalement du monde.

Le Maroc n’a pas réagi quand le président mauritanien a envoyé un message de condoléances au Polisario, qualifiant Mohamed Abdelaziz de « président de la république sahraouie ».

Pour les observateurs, ce message vaut, juridiquement, une reconnaissance officielle de la république fantomatique et il ne reste plus que l’inauguration d’une ambassade de cette entité en Mauritanie.

Mais après le sommet arabe que Nouakchott a abrité et qui a vu la représentation de plusieurs leaders arabes réduite à son minimum, les médias mauritaniens n’ont fait que relayer ce que les responsables mauritaniens pensaient tout bas.

Ils ont, en effet accusé le Maroc, à tort d’ailleurs, de faire en sorte que les chefs d’Etat ne se déplacent pas à Nouakchott. De même que ces médias ont parlé du refus du Roi Mohammed VI de recevoir leur ministre des affaires étrangères qui lui portait une invitation au sommet.

Mais, il s’avère que la Mauritanie ne veut pas en rester là. Elle a commencé à serrer l’étau sur les travailleurs marocains de Mauritel, sous prétexte de vouloir être en conformité avec les décisions de l’inspection du travail.

Le chef de l’antenne de Royal air Maroc n’a pas été épargné par ces mesures de restriction. Il est sommé de limiter ses déplacements au sein de l’aéroport à des endroits que les autorités lui ont fixé.

Elle vient aussi d’interdire les véhicules, en provenance du Maroc, d’entrer sur son territoire et a même renforcé la présence de son armée sur la frontière.

Mais cerise sur le gâteau, la Mauritanie n’a pas d’ambassadeur à Rabat, depuis quatre ans et sa représentation diplomatique vient de suspendre tous les abonnements auprès des médias marocains.

T.J

 

 




Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page