Quand la clôture du parlement fait pleurer des représentantes de la nation

Des députées en larmes et inconsolables, cela ne s’est jamais produit. Mais au Maroc, c’est possible, puisque c’est le pays des exceptions.

La vie politique marocaine est bien particulière. Elle ne ressemble en rien aux différents modèles de par le monde.

La preuve : des députées ont fondu en larmes, après la clôture par le président de la Chambre des représentants de la session de printemps, la dernière de cette législature.

Ces représentantes de la nation ont multiplié les embrassades en guise d’adieu, nonobstant les étiquettes politiques. Plusieurs d’entre elles ne pourront pas revenir en octobre prochain, puisque le système de liste féminine nationale exclusive n’est plus de mise.

Si certaines reviennent ce sera par le biais des listes présentées par les partis où elles doivent figurer en bonne place pour aspirer à siéger au nouveau parlement.

Cette scène n’a pas échappé à Noureddine Mediane, le président du groupe istiqlalien, venu les consoler et leur remonter le moral tout en leur conseillant de garder espoir.

On se sépare difficilement du confort d’un siège parlementaire, mais il y a la retraite pour compensation. C’est déjà ça !

M. D.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Vers la fin des pensions des députés: projet de loi en discussion

L’annulation des pensions de retraites versées aux parlementaires revient au devant de la scène : deux députés vont présenter ce mardi un projet de loi portant sur la suppression de ces pensions.