Benabdallah: « Je n’ai plus de valeur ajoutée à fournir » (PPS)

Le secrétaire général du parti du Livre assume la responsabilité des partis politiques à propos de l’absence de confiance du citoyen marocain. L’absence de crédibilité concernant l’action politique au Maroc et la « transhumance » au sein desdits partis sont également mises à l’index par Mohamed Nabil Benabdallah.

Invité de l’émission « Confidences de presse » (Hadith maa sahafa) de la chaîne de Ain Sebaâ, animée par le chroniqueur et journaliste Abdallah Tourabi, le patron du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) a affirmé que l’entière responsabilité incombe aux partis politiques, concernant l’absence de confiance du citoyen marocain vis-à-vis desdits partis.

Ces derniers, selon Benabdallah, « ont perdu leur indépendance et leur dignité ». Et de souligner que l’action politique a été, malheureusement, vidée de toute substance et est remplacée par le « vide sidéral ». L’on ne peut plus alors compter sur elle s’agissant du devenir du pays, a-t-il regretté en s’interrogeant: « Est-ce donc ces partis qui pourraient oeuvrer pour mener à bien le nouveau modèle de développement? ».

Par ailleurs, évoquant les rapports du PPS avec le Parti Authenticité et Modernité (PAM), particulièrement depuis la désignation de Me Abdellatif Ouahbi en tant que patron du Tracteur, Mohamed Nabil Benabdallah a affirme qu’il ne s’agit point « d’alliance », mais plutôt de concertation entre les composantes de l’opposition.

Cependant, a-t-il concédé, « il pourrait y avoir alliance entre nous à l’avenir si les circonstances mûrissent ». En attendant, entre les deux partis, il existe un ajustement dans la vision et les positions, ainsi qu’un respect et une confiance mutuels entre les deux secrétaires généraux. Et ce, contrairement avec « l’anciens SG » (ndlr, Hakim Benchamach) et son prédécesseur, Ilyas Omari, a tenu à préciser le patron des camarades de Feu Ali Yaya et d’Ismail Alaoui.

Benaballah a également confié que son parcours en tant que SG du parti arrive à son terme. « Je n’ai plus de valeur ajoutée à fournir. Mais néanmoins, il existe d’autres espaces auxquels je pourrai contribuer et évoluer. J’ai travaillé avec une équipe avec laquelle j’ai récolté plusieurs succès mais aussi essuyé quelques échecs. Il est temps maintenant d’insuffler un sang nouveau et de remettre le flambeau à d’autres », a-t-il souhaité.

Larbi Alaoui et Naima Lambarki




Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page