Balafrej démissionne du Technopark et décline la retraite parlementaire

Comme il l’avait promis lors de sa fulgurante campagne électorale, Omar Balafrej a tenu parole.

Fraîchement élu à la chambre des représentants sur la liste de la Fédération de la Gauche démocratique, dans la circonscription de Rabat-océan, Omar Balafrej a pris des décisions radicales.

Il a annoncé abandonner son poste de directeur du Technopark, pour lequel il perçoit plus de 50 mille dirhams et plusieurs autres privilèges, pour se consacrer à sa mission parlementaire, dont l’indemnité est de l’ordre de 32 mille dirhams. Et ce n’est pas tout. Omar Balafrej a décidé de ne pas souscrire pour la retraite parlementaire afin d’être cohérent avec la revendication de la FGD par rapport à cette problématique.

Il a expliqué sa démission du Technopark, par le fait que la loi interdit le cumul de fonctions, surtout si la personne travaille dans une société dont l’Etat détient plus de 30% des parts. Or, dans son cas, les parts de l’Etat dans Technopark sont de l’ordre de 35%. Il ajoute: « j’appartiens à l’école de Abderrahim Bouaâbid qui a toujours dit que la politique est avant tout une question de moralité ».

A noter que la FGD a obtenu 2 sièges au parlement, l’un à Rabat-Océan et l’autre à Casablanca-Anfa qui est revenu au militant Mohamed Chennaoui.

T.J


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page