Après la polémique, Abdessamad Sekkal s’explique

Samedi 9 avril, le quotidien Assabah a publié un article polémique sur la visite du président du conseil de la région Rabat-Salé-Kénitra, Abdessamad Sekkal, à l’ambassade des Etats-Unis de Rabat.

Le Maroc aurait « frôlé la crise diplomatique, suite au refus du président de la région de présenter sa carte d’identité nationale à l’entrée de l’ambassade », selon Assabah qui indique que les diplomates américains ont été très contrariés par cette attitude et que Sekkal n’a pas pu participer à la réunion.

Contacté par Le Site info, Abdessamad Sekkal a expliqué que « la ligne éditoriale du quotidien Assabah est connue pour être contre le PJD, ainsi que contre les membres et élus du parti de la lampe. Je ne suis donc pas surpris par le traitement erroné de cette information ».

Selon sa version, M. Sekkal s’était rendu à l’ambassade pour rencontrer M. Dwight L. Bush en compagnie d’une délégation d’hommes d’affaires afin de discuter  des opportunités de coopération entre le Maroc et les Etats-Unis. Ce jour-là, les mesures de sécurité étaient exceptionnellement élevées.

Lire aussi: Comportement hautain d’un officiel marocain à l’ambassade américaine

Il précise que s’il n’est pas entré à l’ambassade, c’est tout simplement parce qu’il n’avait pas ses papiers sui lui : « Je n’ai donc pas pu accéder à l’ambassade, mais les membres de ma délégation sont entrés et se sont réunis avec l’ambassadeur ».

Pour M. Sekkal, « on ne peut pas dire qu’il y a eu un incident au niveau de la porte de l’ambassade ». Il a même précisé que M. Bush lui a présenté des excuses et lui a promis une rencontre dans les prochains jours.

« Il n’y pas de crise ou d’incompréhension, que ce soit de mon côté ou de celui des diplomates américains », affirme enfin le membre du PJD.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page