Après Benkirane, Ahmed Assid se défend sur ses revenus

Ahmed Assid, chercheur, philosophe, écrivain et militant politique marocain amazigh, sévèrement critiqué par les trublions du PJD, a publié un message afin de se défendre.

“Les rumeurs qui circulent sur moi sont sans fondement”, a déclaré Assid. “Je consens que les attaques électroniques de divers sites à l’encontre de ma personne soient de bonne guerre (en référence à l’affaire Benkirane), mais je n’accepterai jamais de confirmer leurs mensonges’’.

Aussi, histoire de défier Abdelilah Benkirane, le militant amazigh a dévoilé son revenu mensuel: “pour ne pas laisser place aux rumeurs infondées, sachez que le salaire que je perçois auprès de l’institution pour laquelle je travaille, l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) en l’occurrence, est de 14.000 dirhams”.

Il ajoute qu’il ne reçoit aucun salaire en tant que professeur de philosophie parce qu’il a cessé d’enseigner depuis 2002, date à laquelle il a migré vers l’IRCAM. Quant à l’indemnité des 35.000 dirhams de l’IRCAM qu’il percevrait selon certaines rumeurs, “si c’est vrai, je suis prêt à la céder à ceux qui ont annoncé l’information, à condition que ce soit devant témoins et qu’ils prouvent leurs dires. Dans le cas contraire, ils devront s’excuser devant le peuple marocain”.

“Venons-en aux 40.000 dirhams facturés soi-disant pour une émission télévisée, il ne s’agit, ni plus ni moins que d’un mensonge. Du montant de 10.000 dirhams par épisode, il faut d’abord déduire les dépenses des collaborateurs chargés du budget et du montage, dont la somme est de 3000 dirhams (1500 chacun), en plus de l’IR qui est de 38%. C’est avec ces données, seulement qu’ils pourront calculer mes revenus réels, s’ils sont intéressés”, a lancé Ahmed Assid.

Ahmed Assid a enfin déclaré posséder une maison qu’il avait construite après 29 ans de bons et loyaux services publics et une Dacia qu’il n’a pu s’acheter qu’en 2008.

M.J.K

Articles similaires

Suggestions d’articles

La CMR a fait une annonce importante

La Caisse Marocaine des Retraites lance à partir du 21 octobre 2019, l’opération annuelle de contrôle de vie des bénéficiaires de ses prestations, indique mercredi un communiqué de la CMR.