Alliance PAM-USFP: la dose qui ferait exploser le parti de la rose

Quelques semaines à peine après l’annonce d’une alliance entre le Parti Authenticité et Modernité (PAM) et l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), des dirigeants au sein de la direction du parti de la rose mènent un dur combat contre le secrétaire général, Driss Lachgar, pour rompre le lien avec le PAM avant la tenue des prochaines élections législatives prévues le 7 octobre prochain.

«Ces dirigeants réclament et privilégient la coordination avec le parti de l’Istiqlal et le Parti pour le Progrès et le Socialisme, sans parler d’un cadre de la Koutla démocratique», affirme  le quotidien Al Akhbar.

Cette même source précise que les dirigeants opposés à l’alliance ont déversé toute leur colère contre Lachgar en raison de ce qu’ils ont qualifié de «trahison dont a fait l’objet leur candidat, le maire de la ville de Guelmim, lors de la bataille pour l’élection de la présidence des régions au cours des dernières élections communales et régionales». Et d’ajouter que l’attaque portée par Lachgar contre le PAM, au lendemain des élections, est intervenue suite à de fortes pressions exercées sur lui par des dirigeants usfpéistes, d’autant plus qu’il ne cherchait pas et ne voulait pas entrer en confrontation directe avec le PAM.
Le quotidien indique que la décision de l’alliance passée par Lachgar a provoqué un débat «houleux» à l’intérieur du bureau politique: pas moins de trois dirigeants ont brandi leur véto contre Lachgar lui signifiant que l’alliance avec le PAM est le début de la fin de ce qui reste de l’USFP et que la trahison dont a été victime le parti ne passera pas.

Lire aussi : Mandat de Benkirane: le PJD gagné par le syndrome du « Zaïm »?

Les mêmes sources relèvent que le véto contre Lachgar annonce du début d’une bataille féroce au sein du bureau politique en raison de l’alliance avec le PAM. Les dirigeants contestataires ont appelé le SG de l’USFP à chercher de nouvelles alliances qui cadrent avec le référentiel du parti, soulignant qu’il n’est pas possible et raisonnable qu’on attaque un parti juste après les élections, qu’on le qualifie d’autoritaire et qu’on s’allie avec lui par la suite sans donner une seule explication aux instances et aux militants de l’USFP.

Enfin, on apprend qu’une grande partie des membres du Conseil national et de la jeunesse ont déclaré ouvertement leur ferme opposition à toute coordination, de quelque nature qu’elle soit, avec le PAM. Ils se disent prêt à exprimer leur colère et leur mécontentement.

Noureddine Boughanmi


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page