Ahmed Haou raconte comment Benkirane a désavoué son appartenance à la Chabiba islamiya (VIDEO)

Ahmed Haou, comme nous l’avions présenté lors de notre premier épisode de la série de Le Site info, »Hikayat », a été arrêté à l’âge de 22 ans alors qu’il était un jeune étudiant gauchiste, lors des événements protestataires qu’avait connus le Maroc dans les années70 du siècle dernier. Condamné à la peine capitale, il avait passé quinze ans dans le couloir de la mort (de1983 à 1998). Par la suite, sa peine avait été commuée en peine à perpétuité avant qu’il ne soit gracié pour recouvrer, enfin, la liberté.

Dans le premier épisode de  » Hikayat », l’ex-condamné à mort avait évoqué comment il avait rejoint les rangs de l’organisation clandestine, la Chabiba islamiya, en 1978, fondée et dirigée par Abdelkrim Moutei que l’on présentait aux membres comme étant « le Che Guevara marocain ». Dans ce nouvel épisode, l’un des fondateurs du Forum pour la Vérité et la Justice, membre de son Bureau exécutif et auteur du livre-témoignage « Renaître après le couloir de la mort (Al 3aidou mina al  machra’ha), paru il y quelques mois, évoque  ses relations, durant les années 70, avec l’ex-chef de gouvernement et ancien patron du parti islamiste, Abdelilah Benkirane.

Celui-ci, selon notre interlocuteur, était considéré comme un véritable leader au sein de la Chabiba et était connu par ses discours incendiaires pendant les différentes manifestations protestataires. Et Haou de citer l’une des phrases enflammées du verbeux Benkirane: « Votre seigneur (sayidoukoum), imam et dirigeant, Abdelkrim Moutei, fondteur de la Chabiba islamiya, a été condamné! ». Et de rappeler que pendant cette période, les services sécuritaires avaient entrepris de nombreuses arrestations de membres de l’organisation clandestine.

Ces interpellations, précise notre interlocuteur, ont eu un grand effet sur Benkirane et lui ont porté un coup très dur. Ce qui a fait que ce dernier a publié, de la prison Derb Moulay Chrif, un communiqué où il a désavoué la Chabiba islamiya et Abdelkrim Moutei, selon les dires d’Ahmed Haou. Et de souligner que Benkirane avait une très forte relation avec le commissaire de police Khalti, ce qui facilitait à l’ex-patron du PJD de sortir et de rentrer à la sinistre prison de Derb Moulay Chrif quand il le désirait.

Larbi Alaoui


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page