La nouvelle bourde de Mustapha Ramid

Les hautes sphères de l’Etat sont en colère contre Mustapha Ramid. Et pour cause, le ministre chargé des Droits de l’Homme a donné certaines déclarations à la chaîne Al Arabiya, jugées déplacées. Il aurait en effet commis de graves erreurs en évoquant certaines affaires juridiques qui ne nécessitent pas de jurisprudence vu leur précision.

Selon Al Ahdath Al Maghribia, Mustapha Ramid a eu la mauvaise idée de se prononcer sur l’affaire du leader du PJD Abdelali Hamieddine, poursuivi pour participation à un homicide volontaire, au micro d’une chaîne étrangère. Le ministre a également indiqué que les organismes internationaux peuvent interférer dans le travail de la justice.

Le quotidien a précisé que le responsable a raté cette sortie médiatique en se penchant sur la relation de la justice marocaine avec les institutions internationales des droits de l’Homme.

Rappelons qu’en janvier dernier, Ramid avait exprimé sa surprise quant à la décision du juge d’instruction de rouvrir le dossier après que l’affaire fut jugée en 1993. Abdelali Hamieddine avait été impliqué dans ce meurtre et inculpé dans un premier temps. Il avait écopé de deux ans de prison ferme avant d’être innocenté par la suite, au grand dam de la famille d’Ait El Jid qui n’avait pas admis cette décision de la justice. «Je me suis prononcé sur cette affaire en ma qualité de dirigeant au sein du PJD et pas en ma qualité de ministre», s’était ensuite justifié Ramid pour répondre aux critiques.

N.M.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le Maroc devient de moins en moins dépendant de la pluviométrie, selon El Othmani

Le Maroc devient, d'année en année, moins dépendant de la pluviométrie, a affirmé ce lundi à Rabat le chef de gouvernement, Saad-Eddine El Othmani.