Affaire des cliniques privées: Benkirane s’en mêle

Abdelilah Benkirane, qui ne manque aucune occasion de s’épancher sur tout et sur rien ne pouvait pas manquer celle-là.

Vous l’auriez deviné, il s’agit du litige opposant Zouhair Chorfi et l’Association nationale des cliniques privées (ANCP).  A rappeler que le secrétaire général du ministère de l’Economie et des finances avait sévèrement tancé le secteur de santé privé marocain, lors des Assises de la Fiscalité, tenues les 3 et 4 mais courant, à Skhirat. Les propos de Chorfi sont restés au travers de la gorge des concernés. L’ANCP est montée sur ses grands chevaux et a porté plainte à l’encontre de Chorfi , allant même jusqu’à  penser à un débrayage des établissements hospitaliers privés.

Une aubaine pour l’ex-chef de gouvernement et ancien patron du parti islamiste pour monter au créneau et se joindre ainsi  à plusieurs parties, dont l’Union marocaine du travail (UMT) et certains avocats, pour se solidariser avec le secrétaire général du ministère de l’Economie et des finances et participer à sa défense.

Ainsi, le quotidien Akhbar Al Yaoum de ce jeudi rapporte les propos de Benkirane qui, d’habitude, s’exprime via sa page officielle Facebook. Et que déclare le verbeux et tonitruant ex- chef de gouvernement? “Je suis solidaire avec Chorfi et fais mien ce qu’il a dit. Et j’aurais souhaité avoir la possibilité de lui exprimer ma solidarité. Mais je suis dans une situation où si j’annonce que je suis solidaire envers une personne, je risque de lui porter tort. J’atteste que les propos de Chorfi sont sensés, comme je sais que cet évitement fiscal a commencé du temps où j’étais aux affaires”.

Et le journal ajoute que Benkirane a conclu en rappelant qu’il connaît personnellement Zouhair Chorfi, ainsi que ses parents.” C’est un homme de gauche droit et intègre. Et ses propos sont avérés”, a-t-il affirmé.

Voilà une nouvelle démarche, digne de figurer dans les annales de la langue de bois, consistant à prendre parti tout en assurant, en même temps, avoir les mains liées pour s’exprimer dans une affaire donnée!

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Casablanca: des traiteurs dans le collimateur de la police

Des éléments de la police judiciaire ont dans leur viseur plusieurs traiteurs et d'autres propriétaires de salles de fêtes, aux environs de la capitale économiques.