Abdelilah Benkirane descend Bouayach et Guerraoui

Il semble que Abdelilah Benkirane ne peut plus se passer de Facebook pour analyser la scène politique et tacler ses adversaires. Il faut dire que c’est désormais le seul espace où l’ancien chef de gouvernement peut s’exprimer.

Dans un nouvel enregistrement diffusé sur sa page officielle, Benkirane a descendu, cette fois, la présidente du Conseil national des droits de l’Homme Amina Bouayach et le président du Conseil de la concurrence Driss Guerraoui.

L’ex-secrétaire général du PJD a estimé que les dernières déclarations de Bouayach au sujet d’Abdelali Hamieddine étaient déplacées et ne respectent pas le poste auquel elle a été nommée par le roi Mohammed VI. La présidente avait en effet appelé à rejuger le dirigeant du parti islamiste, poursuivi pour participation à un homicide volontaire dans le meurtre de l’étudiant Ait El Jid en 1993.

Benkirane a également souligné que plusieurs personnalités nommées par le Souverain ont beaucoup donné aux institutions dont elles tiennent les rênes, à l’instar, selon lui, du Wali de Bank Al Maghrib Abdellatif Jouahri. D’autres, a-t-il ajouté, n’ont malheureusement pas été à la hauteur, faisant allusion à Bouayach.

Le prédécesseur d’El Othmani a, par la suite, taclé Driss Guerraoui qui avait critiqué, dans certaines déclarations à la presse, l’ancien gouvernement et sa gestion du volet des carburants. «Au lieu de contester les décisions de l’ancien gouvernement, le président du Conseil de la concurrence aurait mieux fait de traiter d’autres points plus importants concernant les prix des hydrocarbures», s’est-il insurgé.

N.M.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page