L’artiste Mohamed Choubi a décidé de ne pas participer au « Rachid Show »

Que ce soit à travers ses écrits, ses interviews, ses posts sur les réseaux sociaux ou de vive voix entre amis, Mohamed Choubi reste fidèle à ses principes immuables et à sa franchise légendaire. Au risque de déplaire, il ose dire tout haut ce que certains pensent tous bas.

Soucieux de sa crédibilité d’artiste, et tenant à ne point décevoir ses nombreux fans, Mohamed Choubi a ainsi décidé de ne pas participer à certaines émissions télévisuelles ou radiophoniques. Selon le quotidien Al Akhbar, l’acteur et écrivain refuse catégoriquement de répondre à l’invitation de « Rachid show » de 2 M et de « Kafass al ittiham »(Au ban des accusés) sur Med radio.

Sur sa page officielle Facebook, l’interpète, entre autres, des longs métrages « La symphonie marocaine », « La mort à vendre »  et de  » Tu te souviens de Adil? », tout en remerciant Rachid Allali et Radouane Ramdani, sans les nommer expressément, explique sa décision par un certain conflit de générations, de période et de valeurs.

A rappeler que  » Rachid show », malgré sa nouvelle mouture, n’a plus la même audience d’antan et plaît de moins en moins aux téléspectateurs de la chaîne de Ain Sebaâ. Sans oublier qu’il n’y a pas que Mohamed Choubi parmi les artistes du cru à refuser de faire le show en compagnie de Rachid Allali. Celui-ci aurait, peut-être, plus de veine avec des artistes étrangers. En tout cas, il semble compter sur la présence sur son plateau des deux acteurs principaux, Gaye Tutkut et son mari Denis Evin, de l’interminable et insipide feuilleton turc, doublé en darija sous le titre « Samhini » (Pardonne-moi), et son plausible effet positif sur le succès de plus en plus mitigé de l’émission.

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

L’acteur Mohamed Choubi flingue Abdelilah Benkirane

L’acteur marocain Mohamed Choubi a violemment critiqué Abdelilah Benkirane à cause de la pension de retraite exceptionnelle qu’il touche depuis qu’il n’est plus chef de gouvernement.