Après la polémique sur sa robe, Rania Youssef se confie à Le Site info

L’actrice égyptienne Rania Youssef, qui a été accusée d’incitation à la débauche pour avoir porté une robe transparente à la cérémonie de clôture du festival international du film du Caire, a assuré qu’elle ne sera pas poursuivie en justice.

Dans une déclaration à Le Site info, l’artiste de 45 ans a affirmé qu’il s’agit d’une erreur vestimentaire, précisant que la justice a compris qu’elle n’a aucun rapport avec cette faute commise par la styliste. «Il y a avait une erreur dans le modèle de la robe. C’est un problème au niveau de la doublure de ma tenue. J’avoue que c’était indécent, et je m’en excuse», a regretté Rania Youssef.

Et d’ajouter que la polémique provoquée par sa robe a affecté ses filles qui ont été attaquées à l’école à cause de cette affaire.

L’actrice a d’ailleurs supprimé ses photos portant cette robe sur les réseaux sociaux suite aux critiques des internautes.

Rappelons que l’affaire a fait beaucoup de bruit en Egypte, mais aussi dans plusieurs pays dans le monde. Des avocats ont indiqué avoir retiré leurs plaintes contre Rania Youssef après des “excuses publiques”. “Nous avons retiré la plainte que nous avions déposée contre Rania”, a affirmé à l’AFP l’avocat Amr Abdel Salam. L’audience initialement prévue le 12 janvier a donc été annulée.

Rania Youssef risquait jusqu’à cinq ans d’emprisonnement. Le syndicat des artistes égyptiens avait également crié au scandale: “l’apparence de certaines invitées du festival n’est guère conforme aux traditions de la société”, pouvait-on lire dans un communiqué.

A noter qu’en Egypte, d’autres stars ont été condamnées dans des affaires similaires. Les chanteuses Shyma et Leila Amer, ont été condamnées à un an et deux ans d’emprisonnement pour des clips vidéo jugés osés.

R.T.

 

Suggestions d’articles

Le gouvernement refuse de fermer les centres de “roqya” au Maroc

Le gouvernement a refusé de fermer les centre de «roqya» appartenant, pour la plupart, à des charlatans se faisant passer pour des exorcistes au Maroc.