Dans une clinique: « Si vous n’êtes pas contents, allez voir ailleurs! »

TÉMOIGNAGE – C’est arrivé samedi dernier. J’ai emmené ma fille de 5 ans à un anniversaire chez des amis aux environs de Bouskoura. Pendant qu’elle jouait, la petite s’est blessée contre un arbre… L’écorce de l’arbre lui a fait une grosse entaille sur le cou et le sang coulait à flot.

Très inquiets, nous nous sommes dirigés en urgence à la clinique la plus proche. Un infirmier a passé de la betadine à ma fille et nous a demandé d’attendre le médecin. Nous avons finalement attendus, dans le stress et l’inquiétude, pendant plus d’une heure 30.

La plaie était ouverte et ma fille pleurait… Le médecin est finalement arrivé dans sa belle voiture de luxe avec son sac de golf à l’arrière du véhicule. 4 autres patients l’attendaient. Lorsque nous lui avons expliqué que nous étions inquiets et qu’il avait tardé pour une situation assez urgence, il nous a répondu: « Si vous n’êtes pas contents, allez voir ailleurs! ».

Furieuse, j’ai récupéré ma fille pour sortir. Mais la sécurité nous a empêché de partir et nous demandé un reçu. J’ai donc été obligée de sortir de force et je suis allée à la Clinique Al Atfal où on nous a pris en charge en 2 minutes. Il est vraiment déplorable qu’on soit traité dans des cliniques de la sorte au Maroc… Un médecin n’est-il pas censé respecter ses patients? Une clinique digne de ce nom ne devrait-elle pas assurer une permanence pour les urgences? Mon cas est loin d’être un cas isolé et les personnes qui n’ont pas la chance d’avoir mes moyens souffrent tous les jours dans les hôpitaux du Royaume. Mais je tenais à vous raconter cette histoire qui montre à quel point certaines mentalités font ralentir notre pays. Un exemple qui illustre parfaitement le manque de respect de certains de nos concitoyens. Et quand c’est un médecin, la gifle est d’autant plus forte.

Fatma C.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page