Variole du singe: la transmission peut être stoppée dans les pays non endémiques (OMS)

La transmission de la variole du singe « peut être stoppée dans les pays non endémiques », a affirmé ce lundi une haute responsable de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), notant qu’il y a actuellement « moins de 200 cas confirmés et suspectés » dans ces pays.

« C’est une situation qui peut être contrôlée, particulièrement dans les pays où nous voyons cette épidémie se produire en Europe », a déclaré Maria Van Kerkhove, en charge de la lutte contre le Covid-19 à l’OMS mais aussi des maladies émergentes et zoonoses.

La variole du singe, cousine moins dangereuse de la variole éradiquée depuis une quarantaine d’années, a fait son apparition soudaine ces dernières semaines dans des pays où elle n’est normalement que très rare: l’Europe et l’Amérique du Nord.

Selon la docteure Van Kerkhove, il y a actuellement « moins de 200 cas confirmés et suspectés » dans ces pays non endémiques.

Rosamund Lewis, qui est en charge de la variole au programme d’urgence de l’OMS, a souligné que « c’est la première fois que nous voyons des cas dans de nombreux pays en même temps et des personnes (malades) qui n’ont pas voyagé dans les régions endémiques d’Afrique ».

Mme Lewis a indiqué qu’on ne savait pas encore si le virus avait muté, mais a souligné que ces orthopoxviroses « ont tendance à être assez stables ».

Une grande réunion mondiale avec tous les experts de nombreuses branches doit se tenir la semaine prochaine pour débattre de cette épidémie.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page