USA: la Chambre limite le pouvoir militaire de Trump contre l’Iran

La Chambre des représentants US, dominée par les démocrates, a adopté jeudi une résolution sur les pouvoirs de guerre visant à limiter la capacité du président Trump à engager des actions militaires contre l’Iran sans l’approbation du Congrès.

Le texte a été adopté par 224 voix contre 194, seulement trois républicains et un autre devenu indépendant ayant voté pour la résolution, présentée par la représentante Elissa Slotkin.

Huit démocrates se sont opposés à la mesure, qui ordonne à Trump “de mettre fin à l’utilisation des forces armées des États-Unis pour s’engager dans des hostilités contre l’Iran ou contre une partie de son gouvernement ou de ses forces armées”, sauf si le Congrès a fait une déclaration de guerre ou en cas “d’attaque armée imminente contre les États-Unis”.

Le vote intervient juste un jour après que de hauts responsables de sécurité nationale de l’administration Trump ont rencontré les législateurs à huis clos pour discuter des renseignements ayant conduit le président à ordonner la frappe au drone qui a tué le général iranien Qasem Soleimani.

Les démocrates et quelques républicains sont sortis de cette réunion si frustrés par le refus de l’administration d’engager pleinement le Congrès, ce qui les a poussé à activer les efforts pour restreindre les actions militaires de Trump en ce qui concerne l’Iran.

Au Sénat, où les démocrates sont minoritaires, ils ont besoin de l’appui d’au moins quatre républicains pour qu’une résolution similaire puisse aboutir. Un projet en ce sens, porté par le sénateur de Virginie Tim Kaine pourrait être présenté au vote au plus tôt la semaine prochaine.

Au moins deux sénateurs du GOP se sont engagés de soutenir la proposition de leur collègue démocrate dès leur sortie du briefing de l’administration mercredi.

S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Qui est Moncef Slaoui, le Marocain chargé par Trump de développer un vaccin anti-covid-19 ?

Le Marocain Moncef Slaoui, nommé mercredi par le président américain Donald Trump pour superviser l’"Operation Warp Speed" visant l’accélération du développement et la distribution d'un vaccin contre le coronavirus, est un immunologue de renommée planétaire