Un exemple: le premier ministre tunisien baisse les salaires de ses ministres

Dans un geste symbolique, le premier ministre tunisien s’est attaqué aux salaires et aux privilèges de ses ministres. C’est un exemple que le futur gouvernement marocain est appelé à imiter.

Voilà un premier ministre qui ne perd pas de temps dans les discours démagogiques. A peine désigné, Youssef Chahed, le chef du gouvernement tunisien, vient de prendre des décisions courageuses. Il a d’abord commencé par revoir à la baisse les salaires de ses ministres, par souci de bonne gouvernance et d’austérité budgétaire.

Désormais, ces salaires subiront un lifting de 10% qui vont s’ajouter à la baisse du même taux décidée sous le précédent gouvernement de Mehdi Joumouaâ, en 2014.

Ainsi, le premier ministre qui perçoit 2800 dollars par mois, recevra moins, et idem pour les autres ministres dont le salaire de 2200 dollars sera ponctionné. Un secrétaire d’Etat, lui touchera moins de 1400 dollars.

Cette décision fait suite à celle que le président Beji Caid el-Sebsi avait prise en baissant son salaire de 30%, pour ne percevoir que 9000 dollars, tout en supprimant un grand nombre de privilèges et de primes institués sous le régime de Benali par une loi votée en 2005.

A titre de comparaison, le Premier ministre au Maroc perçoit l’équivalent de 9000 dollars en plus d’une prime annuelle de 10 millions de dirhams, les ministres 6000 dollars et les secrétaires d’Etat 5400 dollars. Ceci sans les multiples privilèges dont ils bénéficient.

Youssef Chahed a également imposé à ses ministres de déposer une déclaration de patrimoine.

M. D.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page